ad

Chambre d’hôtel : télécommande et lampe de chevet, beurk

Dernière mise à jour: septembre 2012 | 3875 visites
123-hyg-hotel-werken--170_08.jpg

news La chambre d’hôtel est un foyer de contamination bactérienne, et les objets les plus à risque doivent faire l’objet d’une attention toute particulière.

Cette équipe de l’université de Houston a ratissé large, si on ose dire, en procédant à des prélèvements dans un nombre considérable de chambres d’hôtel, réparties un peu partout aux Etats-Unis. Les chercheurs ont rendu compte des résultats à l’occasion d’un congrès de la Société américaine de microbiologie.

En tête de liste des supports les plus « denses » en bactéries : sans surprise, le WC et le lavabo ; mais aussi la télécommande du téléviseur, l’interrupteur de la lampe de chevet, et les articles présents dans les charriots des femmes de chambre. OK, par contre, pour la tête de lit et les tringles à rideaux.

Les spécialistes ont établi ce « hit-parade » en se basant sur des critères développés par la… Nasa, qui a mis au point une procédure d’identification des risques physiques, chimiques et biologiques, et des méthodes pour y faire face. Sur le fond, ils estiment que les gérants d’hôtels doivent instaurer des pratiques plus ciblées de nettoyage des chambres, et recommandent aux clients de considérer cet aspect comme un critère majeur de choix.


publié le : 22/09/2012
ad
pub