Intoxication au CO : les symptômes et les gestes qui sauvent

Dernière mise à jour: octobre 2019 | 6848 visites
123-vr-douche-hygiene-10-25.jpg

news Chaque année, l'intoxication au monoxyde de carbone (CO) est à l'origine du décès d'une quarantaine de personnes en Belgique et près de 2.000 victimes doivent être hospitalisées. Voici les mesures de prévention, les signaux d'alerte et les gestes qui sauvent.

Les intoxications au monoxyde de carbone sont causées par des appareils de chauffage ou de production d'eau chaude mal entretenus. Un contrôle professionnel périodique est vital ! Il est également important de ne jamais se calfeutrer, en particulier dans la salle de bains, mais d'assurer une aération constante.

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore, insipide et non irritant, et dès lors particulièrement insidieux. Il est produit lors de la combustion incomplète de charbon, de pétrole, de gaz (naturel, butane ou propane), de mazout, d'essence ou encore de bois, dans un environnement où les apports en oxygène sont insuffisants. Après inhalation, le CO se fixe sur les globules rouges, avec des conséquences potentiellement dramatiques en raison de l'asphyxie progressive de l'organisme.

Les symptômes

L'intoxication se manifeste par :

• un mal de tête
• une vision floue
• une sensation de malaise
• des vomissements
• des vertiges
• une perte de connaissance

Le coma et le décès peuvent survenir en quelques minutes.

Comment réagir ?

Si on est seul : au moindre doute (début de nausées, tête qui commence à tourner, vision qui se trouble...), sortir immédiatement de la pièce et s'aérer à l'extérieur.

En présence d'une victime.

• Extraire la personne sans se mettre soi-même en danger.
• Appeler les secours (100/112).
Ouvrir portes et fenêtres.
• Eteindre l'appareil défectueux (à nouveau, sans courir de risques).
Evacuer les lieux.
• Si la victime ne respire plus, pratiquer une réanimation cardio-pulmonaire.


publié le : 10/10/2019 , mis à jour le 21/10/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci