ad

La méditation pour moins souffrir de la solitude

Dernière mise à jour: novembre 2012 | 2873 visites
yoga_vr-ouder-170-400_12.jpg

news La solitude constitue un facteur de risque à part entière de problèmes de santé. La méditation de pleine conscience apporte de réels bienfaits.

Pour définir la pleine conscience (mindfulness), on dira qu’il s’agit d’un état de conscience qui résulte du fait de porter son attention sur le moment présent ; par des techniques de respiration et d’introspection. Par ailleurs, comme le souligne cette équipe de l’université Carnegie Mellon (Pittsburgh), la solitude doit être considérée comme un élément contribuant, de manière significative, à la détérioration de l’état de santé ; sur un plan psychologique (dépression…), mais également physique (maladies cardiovasculaires, en lien avec l’hypertension…).

Les chercheurs ont entrepris de tester l’hypothèse selon laquelle la méditation de pleine conscience pouvait représenter une prise en charge efficace de la solitude, non seulement en termes de bien-être subjectif, mais aussi en considérant les paramètres physiologiques. Une quarantaine de volontaires, âgés de 55 à 85 ans, ont été invités à participer à cette étude. Leur degré de solitude a été déterminé sur base d’une grille d’évaluation bien validée ; alors que des échantillons de sang ont été prélevés à l’entame, et à la fin. La moitié d’entre eux ont suivi un programme de pleine conscience, durant huit semaines, à raison de deux heures par semaine avec un formateur, et une demi-heure de méditation par jour à la maison.
Résultat ? Spectaculaire, singulièrement après l’observation d’une baisse (très) significative de la production des marqueurs de l’inflammation (en particulier la protéine C réactive - CRP), par rapport à ceux qui n’avaient pas participé à ce « traitement ».

Une approche prometteuse, concluent les spécialistes dans un article publié par la revue « Brain, Behavior and Immunity ».


publié le : 18/11/2012 , mis à jour le 17/11/2012
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci