La chirurgie contre le diabète

Dernière mise à jour: novembre 2012 | 3198 visites
123-chir-Op-handen-wassen-ontsm-170_11.jpg

news La chirurgie de l’obésité (chirurgie bariatrique) agit de manière préventive contre le développement du diabète chez les personnes obèses.

Ainsi que le rappelle le Dr Boris Hansel (JIM), « alors qu’il est démontré que la chirurgie bariatrique permet d’obtenir fréquemment la rémission du diabète, il y a peu de données concernant la « prévention chirurgicale » de cette maladie chez les obèses qui y sont prédisposés ». Une équipe suédoise a entrepris d’explorer cette piste.

Un groupe de 1.700 patients (très) obèses soumis à la chirurgie bariatrique (anneau gastrique, agrafe ou by-pass) a été comparé avec un « panel témoin » composé de quelque 1.800 personnes obèses, non opérées (suivies médicalement, avec parfois un accompagnement nutritionnel personnalisé). Tous étaient indemnes de diabète à l’entame de cette étude, qui s’est étalée sur quinze ans, avec mesure périodique de la glycémie.
Premier point : comme attendu, la perte de poids a été bien plus importante dans le groupe « chirurgie ». Deux : la différence concernant l’incidence du diabète de type 2 est considérable, avec une réduction du risque de 83% parmi les personnes opérées. « Malgré certaines limites de cette étude, et compte tenu des effets constatés et des résultats des analyses complémentaires, il est raisonnable de conclure à l’efficacité de la chirurgie de l’obésité pour prévenir l’apparition du diabète », commente le Dr Hansel.

Il ajoute : « Ces données confirment l’intérêt de la chirurgie bariatrique avec un objectif métabolique (« chirurgie métabolique »). Il est maintenant clair que l’indication opératoire ne doit plus simplement dépendre de l’IMC. On pourrait envisager qu’un calcul du risque de diabète soit utilisé lors de la discussion thérapeutique pour les patients obèses ».

Ces résultats ont été publiés dans le « New England Journal of Medicine ».


publié le : 08/11/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci