Acné : pourquoi les uns y échappent et pas les autres ?

Dernière mise à jour: mai 2013 | 3945 visites
vr-spiegel-acne-170_400_03.jpg

news De récentes découvertes sur les mécanismes d’apparition de l’acné pourraient déboucher sur la mise au point de nouveaux traitements.

La cible de ces recherches : Propionibacterium acnes (P. acnes). Cette bactérie est présente chez chacun d’entre nous, dans les follicules pilosébacés. Ces glandes situées à la racine des poils produisent le sébum. En cas d’hyperactivité, on assiste à un processus inflammatoire, qui va être aggravé par P. acnes : c’est l’acné, avec sa prolifération de boutons. Sauf que cette réaction en chaîne ne survient pas systématiquement. Des facteurs individuels (notamment hormonaux) et environnementaux interviennent, mais n’expliquent pas tout.

Comme les bonnes bactéries du yaourt

Cette équipe de l’université de Californie (Los Angeles) fournit une donnée importante. Les spécialistes (des biologistes moléculaires) ont procédé sur une centaine de personnes, dont la moitié étaient affectées par l’acné, alors que les autres en étaient exemptes. Des prélèvements ont été effectués dans les pores de la peau de leur visage, et tous les échantillons ont révélé la présence de P. acnes. Jusque-là, pas de surprise.

Phase deux : l’exploration des caractéristiques de toutes ces bactéries. Le résultat montre que les sujets acnéiques abritent des souches différentes par rapport à ceux dont la peau est parfaitement saine. Ou plus précisément, chez ces derniers, une souche très particulière paraît exercer un effet protecteur (les auteurs effectuent un rapprochement avec les bienfaits des bactéries du yaourt). L’objectif consiste à présent à cerner précisément son mode d’action, avec l’espoir de développer de nouveaux traitements.

Source: Journal of Investigative Dermatology (http://www.nature.com/jid/i)
publié le : 18/05/2013 , mis à jour le 17/05/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci