ad

Maladie du charbon : la route de l’héroïne

Dernière mise à jour: juillet 2013 | 3635 visites
123-verslav-spuit-drugs-psych-170_10.jpg

news Plusieurs dizaines de cas de maladie du charbon ont été notifiés ces dernières années parmi les usagers européens d’héroïne. Il s’agirait d’une seule et même souche.

Cette infection est appelée anthrax dans les pays anglo-saxons. La bactérie (Bacillus anthracis) est hautement pathogène, avec un taux de mortalité particulièrement élevé. Des épidémies récentes de charbon ont été recensées à plusieurs reprises en Europe, en particulier au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Des recherches approfondies ont permis de déterminer que ces cas étaient liés et que les bacilles étaient très proches de souches identifiées en Turquie, l’un des axes majeurs du transit de l’héroïne en provenance d’Asie.

Le sommet de l'iceberg ?


Une équipe de l’Institut Robert Koch (Berlin) est remontée plus loin dans le temps, en s’intéressant à la toute première description de cas d’anthrax dans ce contexte, intervenue en Norvège en 2000. En utilisant des techniques de marquage moléculaire, les chercheurs ont mis en évidence une grande similarité entre les bactéries impliquées dans toutes ces épidémies.

« Il est donc possible que la source de contamination existe depuis cette époque et soit toujours présente », explique le Dr Muriel Macé (Journal international de médecine). « Dès lors, les épidémies identifiées sont-elles le sommet de l’iceberg et d’autres contaminations sont-elles passées inaperçues » ou doivent-elle être redoutées ? En tout cas, les structures spécialisées et les associations en contact avec les usagers de drogue sont en état d'alerte.

Source: European Surveillance (www.eurosurveillance.org)
publié le : 27/07/2013 , mis à jour le 26/07/2013
ad
pub