ad

Le sport pour mieux dormir : oui, mais il faut s'accrocher

Dernière mise à jour: octobre 2013 | 6565 visites
123-p-vr-bed-slapen-170-10.jpg

news Chez les personnes qui souffrent de problèmes de sommeil, l’activité physique n’améliore pas immédiatement la situation. Elles doivent persévérer.

Le bénéfice des exercices physiques ne se manifeste qu’après plusieurs semaines d’une pratique régulière, explique en substance le Dr Kelly Blazer Baron (Northwestern University, à Chicago). Neurologue, spécialiste des troubles du sommeil, elle est fréquemment confrontée à des patients qui se plaignent que malgré le fait qu’ils se sont dépensés physiquement durant la journée, ils n’ont pas réussi à fermer l’œil de la nuit. Et qui en concluent donc que le sport n’a aucun effet positif sur leurs insomnies.

Quatre mois en moyenne


Or, une série de recherches ont montré qu’au contraire, les exercices d’endurance amélioraient la qualité du sommeil. « Rome ne s’est pas faite en un jour, et c’est la même chose ici », prévient la neurologue. Après avoir examiné la littérature scientifique et avoir procédé elle-même à des expériences sur des femmes insomniaques (mais la situation est identique pour les hommes), elle considère que l’activité physique donne son plein bénéfice après environ quatre mois, en moyenne.

« L’insomnie se manifeste par une activité cérébrale plus intense durant la nuit et il faut du temps pour rétablir un niveau normal, qui puisse faciliter le sommeil », poursuit-elle. Au-delà de son impact physique, de l’état de fatigue, le sport permet de réduire la nervosité, le stress, l’anxiété, et c’est surtout cela qui agit favorablement sur le sommeil. Le message, c’est donc de s’accrocher, de persévérer.

Source: Journal of Clinical Sleep Medicine (www.aasmnet.org/jcsm)
publié le : 20/10/2013 , mis à jour le 19/10/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci