Alcootest : comment ça se passe ?

Dernière mise à jour: janvier 2014 | 11926 visites
123-170-verkeer-politie-alcoh-06.jpg

news L'alcootest (ou éthylotest) évalue l'alcoolémie par mesure du taux d'alcool dans l'air expiré. Comment se déroule ce contrôle ?

En Belgique, un automobiliste invité à se soumettre à un alcootest a le droit de demander un quart d'heure d'attente avant d'y procéder. Ce délai ne fait généralement aucune différence, mais il peut cependant avoir son importance dans certains cas (en particulier lorsque la personne vient juste de boire de l'alcool).

Le principe est simple : il faut souffler (quelques secondes) dans un embout, jusqu'à ce que le témoin lumineux s'éteigne. Le résultat apparaît dans les secondes qui suivent.

S (Safe) : l'alcoolémie est inférieure à la limite autorisée.

A (Alarm) : l'alcoolémie est comprise ente 0,22 mg/l (0,5) et 0,34 mg/l (0,8).

P (Positif) : l'alcoolémie est égale ou supérieure à 0,35 mg/l (0,8).

Il faut noter que le résultat initial est purement indicatif : un A ou un P donnent lieu à une analyse respiratoire supplémentaire, afin de déterminer précisément le taux d'alcool. L'automobiliste peut solliciter un prélèvement sanguin. Lorsque le taux définitif est établi, la procédure suit son cours et peut déboucher sur une sanction extrêmement lourde.

Quelles sanctions ?


Moins de 0,22 mg/l : néant.

Entre 0,22 mg/l et 0,34 mg/l : retrait du permis de conduire durant trois heures. Le véhicule sera immobilisé (ou confié à un passager, disposant évidemment d'un permis et qui n'a pas consommé d'alcool). L'amende est de 150 €, avec perception immédiate. En fonction des circonstances (accident ou récidive, en particulier), le tribunal peut alourdir la sanction.

0,35 mg/l ou davantage : interdiction de conduire pendant six heures. Le véhicule est immobilisé (ou confié à un passager, disposant d'un permis et qui n'a pas consommé d'alcool).

En fonction des circonstance, le procureur du roi peut décider d'un retrait de permis pour une période de quinze jours. Le tribunal peut décider de prolonger cette durée (plusieurs mois, plusieurs années ou retrait définitif) et prononcer une peine d'emprisonnement. L'amende peut s'élever à plusieurs milliers d'euros.


publié le : 05/01/2014 , mis à jour le 04/01/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci