ad

Peur du dentiste : les bruits angoissent le cerveau

Dernière mise à jour: février 2014 | 3225 visites
taandarts-mond-tand-170_400_12.jpg

news Nombreux sont ceux qui sont saisis d’une très forte anxiété lorsqu’ils doivent se rendre chez le dentiste. Dans quelle mesure le bruit des instruments joue-t-il un rôle ?

On n’ira évidemment pas jusqu’à dire que les sons expliquent à eux seuls cette angoisse, mais l’observation des réactions du cerveau montre qu’ils tiennent une place loin d’être négligeable. Une équipe japonaise (université de Tokyo), spécialisée dans l’étude des composantes de la phobie du dentiste, a réuni un panel de volontaires (masculins et féminins) âgés de 19 à 49 ans.

Dans un premier temps, chacun a répondu à un questionnaire sur son niveau d’appréhension face aux soins dentaires. Deux groupes ont été dégagés : les angoissés et les relax. Phase deux : la diffusion de bruits caractéristiques (la fraise, la roulette, l’aspirateur à salive…), alors que les réactions du cerveau étaient observées par résonance magnétique (IRMf).

Et que constate-t-on ? Que chez les patients décontractés, ces sons déclenchent principalement une activité dans la zone cérébrale dédiée au traitement des informations auditives basiques, primaires. Mais du côté des anxieux, une région spécifique du cortex se mobilise : celle qui est impliquée de manière déterminante dans la mémoire et dans l’apprentissage.

Ce qui signifie quoi ? Que l’écoute de ces bruits, voire l’idée de les entendre, déclencherait une réactivation de souvenirs désagréables, et dès lors un sentiment de peur. Au-delà de ce constat, les auteurs estiment que l’identification de ce processus pourrait permettre d’aider ceux qui y sont confrontés. Une thérapie comportementale centrée sur la gestion des stimulations auditives pourrait ainsi intervenir utilement.

Source: Society for Neuroscience (www.sfn.org)
publié le : 04/02/2014 , mis à jour le 03/02/2014
ad
pub