Pourquoi ces érections qui n'en finissent pas ?

Dernière mise à jour: février 2014 | 14410 visites
123-p-m-rug-pijn-170-2.jpg

news Les causes du priapisme sont assez mal connues. Une équipe américaine a cherché à mieux cerner les facteurs qui exposent à cette situation très désagréable.

Une érection qui se prolonge durant plus de quatre heures en l’absence de stimulation sexuelle : le priapisme est un phénomène potentiellement grave qui appelle une intervention médicale rapide et spécialisée. Les complications peuvent notamment se traduire par un endommagement des vaisseaux sanguins du pénis, une gangrène et même nécessiter l'ablation de la verge. Des chercheurs ont consulté les dossiers d’admission en urgence, pour ce motif, dans un millier d’hôpitaux US sur une période trois ans.

Premier élément : le priapisme concerne annuellement environ 5 hommes sur 100.000, sachant que le nombre de cas augmente régulièrement. L’âge moyen des patients s’établit à 37 ans (mais toutes les tranches d’âge sont concernées) et 13% d’entre eux ont dû être hospitalisés. Deux : le priapisme connaît des fluctuations saisonnières, avec un pic en août et un creux en février. Pourquoi ? Mystère... Trois : une série d’éléments semblent accentuer le risque de priapisme, son degré de gravité et la probabilité d’une hospitalisation.

Il en va ainsi surtout de deux facteurs : la drépanocytose (une maladie héréditaire affectant l’hémoglobine, la protéine qui assure le transport de l’oxygène dans le sang) et l’utilisation de certains médicaments, comme les antidépresseurs, les inhibiteurs de la 5-phosphodiestérase (contre la dysfonction érectile) et les injections intra-caverneuses.

La bonne nouvelle, c’est qu’une intervention médicale donne des résultats satisfaisants dans près de neuf cas sur dix.

Source: The Journal of Urology (www.jurology.com)
publié le : 17/02/2014 , mis à jour le 16/02/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci