ad

L’activité physique muscle le cerveau

Dernière mise à jour: juin 2014 | 6342 visites
vr-lopeen-sport-170_400_03.jpg

news L’exercice physique augmente le volume de l’hippocampe, une structure du cerveau qui joue un rôle clé dans la mémoire et la navigation spatiale.

On sait que l’activité physique améliore notamment l’oxygénation du cerveau, ce qui contribue à le maintenir en bonne forme. Ce qui est étonnant dans cette étude (université de la Colombie-Britannique), c’est qu’il y a aussi un effet direct mesurable sur l’architecture cérébrale.

Ceci a été démontré chez des dames âgées, présentant une déficience cognitive légère. Elles ont été réparties en trois groupes, avec deux séances d’une heure d’exercices par semaine pendant six mois :

• exercices aérobie (ici de la marche à bon rythme, mais cela aurait pu être de la natation ou du vélo, par exemple)
• exercices de résistance (poids)
• ou exercices musculaires et d’équilibre

Rappelons que les exercices d’aérobie sont des activités d’intensité modérée très bénéfiques en termes de consommation d’oxygène et de capacité d’endurance, avec une mobilisation de 70% à 80% de la fréquence cardiaque maximale.

Le volume de l’hippocampe de chaque participante a été évalué par résonance magnétique (IRM) à l’entame et à la fin, avec dans le même temps la réalisation d’une série de tests portant en particulier sur leurs facultés de mémorisation. Résultat : une taille de l’hippocampe augmentée dans le groupe aérobie, alors que rien n’a changé pour les autres dames.

Les performances aux tests n’ont cependant pas été entièrement probantes, peut-être en raison de la durée relativement courte de l’étude. Ceci étant, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que l’hippocampe est l’une des seules régions du cerveau où se produit tout au long de l’existence un processus de neurogenèse, c’est-à-dire de formation de nouveaux neurones. Il est possible que l’exercice stimule ce mécanisme.

Même s’ils concèdent que leur étude doit être appuyée par d’autres travaux, les auteurs recommandent l’exercice aérobie régulier pour freiner le déclin cognitif, et rappellent que de précédentes recherches ont montré qu’il n’y avait pas d’âge pour faire profiter les facultés cérébrales des bienfaits de l’exercice physique.

Source: British Journal of Sports Medicine (http://bjsm.bmj.com)
publié le : 15/06/2014 , mis à jour le 14/06/2014
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci