ad

Cancer de la prostate : le flair exceptionnel du chien

Dernière mise à jour: août 2014 | 7713 visites
123-p-hond-artsen-170-2.jpg

news Une nouvelle étude confirme l'extraordinaire capacité du chien à détecter les composés organiques volatils (COV) caractéristiques du cancer prostatique.

D’autres recherches ont démontré cette faculté exceptionnelle, déjà dans le cancer de la prostate, mais aussi dans celui du côlon et du poumon, ainsi que dans l’hypoglycémie et les infections nosocomiales (contractées en milieu hospitalier). Il s’agit donc d’une démonstration supplémentaire de l’efficacité du flair du chien et au-delà, du grand intérêt de ces composés volatils dans la détection du cancer.

C’est une équipe italienne qui a conduit cette étude-ci. Elle a constitué un groupe de quelque 700 personnes, dont la moitié souffraient d’un cancer de la prostate (sans métastases), alors que les autres n’avaient aucun problème affectant cet organe (ce qui n’excluait pas un autre type de tumeur). Deux chiens ont été spécialement dressés pour participer à cette expérience. Des échantillons d’urine leur ont été soumis.

Le résultat montre qu’ils ont été capables d’identifier les cas de cancer de la prostate avec une précision de 99% (et 97% de succès pour ce qui concerne les non-malades). Comme l’explique le coordinateur de ces recherches, « l’utilisation du chien pour détecter le cancer n’aurait jamais été considérée comme possible voici une ou deux décennies. J’aime beaucoup cette idée que le meilleur ami de l’homme puisse aider à lui sauver la vie ».

Source: Congrès de l’American Urological Association (www.auanet.org)
publié le : 02/08/2014 , mis à jour le 01/08/2014
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci