Quels sont les facteurs de risque de démence ?

Dernière mise à jour: novembre 2014 | 5016 visites
hulp-handen-ouder-psych-170_400_03.jpg

news Selon les estimations, la démence - et en particulier la maladie d'Azlheimer - affecte entre 5 et 10% des personnes âgées de plus de 65 ans. Certains facteurs de risque peuvent être maîtrisés, d'autres pas.

Outre la maladie d'Alzheimer, qui regroupe environ 70% des cas de démence, d'autres formes sont identifiées : démence vasculaire, démence fronto-temporale, démence à corps de Lewy, syndrome de Korsakoff (conséquence d'un alcoolisme de longue durée)...

Les facteurs contrôlables

En tout cas ceux sur lesquels il est possible d'agir, afin de limiter dans une certaine mesure le risque de développement d'une démence, sachant que l'origine est multifactorielle dans la très grande majorité des cas. On peut citer : l'hypertension, le diabète, l'excès de mauvais cholestérol (LDL), l'athérosclérose, l'obésité, le tabagisme, l'alcoolisme, la dépression, le traumatisme crânien, le stress chronique, la sédentarité, un manque d'activités cognitives (sports cérébraux), l'exposition aux agents agressifs et polluants (pesticides, produits chimiques...)...

Les facteurs incontrôlables

L'âge Au-delà de 65 ans, le risque de démence croît considérablement au fur et à mesure que la personne franchit des paliers d'âge : 70 ans, 75 ans, 80 ans, 85 ans...

Le syndrome de Down. Les personnes présentant une trisomie 21 sont plus exposées au risque de développer la maladie d'Alzheimer. Les symptômes peuvent alors apparaître à un âge beaucoup plus jeune que dans la population générale.

Le sexe. La démence touche davantage les femmes que les hommes, probablement parce que l'espérance de vie des femmes est plus longue.

L'hérédité. Le facteur génétique est très complexe mais néanmoins déterminant. Des tests génétiques se justifient lorsque des membres de la famille ont souffert de démence précoce.


publié le : 04/12/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci