ad

Les blagues vaches des médecins… sur les médecins

Dernière mise à jour: décembre 2014 | 10919 visites
123-p-dokter-lach-geluk-170-12.jpg

news Quelle image véhiculent les médecins sur eux-mêmes à travers les blagues qui les concernent ? En tout cas, ils ne sont pas tendres.

« Un travail d’analyse scientifique très sérieux » : c’est ainsi que Le Quotidien du Médecin qualifie cette thèse en médecine défendue par deux étudiants français et intitulée « Les représentations sociales de la profession médicale au début du XXIème siècle véhiculées par la blague médicale ».

Plus de cinq cents blagues ont été collectées et elles sont plutôt cruelles, en particulier pour trois spécialités : l’anesthésie, la chirurgie et la psychiatrie. Exemples.

• Que fait un anesthésiste entre deux cafés ? Il boit un café.
• Quelle est la différence entre Dieu et un chirurgien ? Dieu ne se prend pas pour un chirurgien.
• Que fait un psychiatre quand son patient est en retard à son rendez-vous ? Il commence sans lui.

Et celles-ci sont parmi les plus gentilles… « Les stéréotypes contenus dans les blagues sont assez caricaturaux et dépeignent un tableau peu flatteur des médecins en général », écrivent les auteurs de la thèse. « On s’attendait à plus de confraternité », expliquent-ils au Quotidien du Médecin.

Ceci étant, la caricature est indispensable pour accentuer l’effet humoristique de la blague et la réalité contredit souvent les stéréotypes véhiculés par ces histoires drôles. Et « bien que connotés négativement, les stéréotypes peuvent être une marque de confraternité, les médecins qui se moquent d’eux-mêmes renforçant ainsi leur appartenance au corps médical ».

La compétition permanente entre les médecins, d’abord pendant les études puis au cours de la carrière professionnelle, pourrait également expliquer ce comportement. « Nous pensons que ces stéréotypes restent dans le domaine de l’imaginaire. Ceci dit, les sciences sociales nous disent quand même que ce qui nous fait rire, c’est un peu ce qu’on pense aussi… ».

Source: La Presse Médicale (www.journals.elsevier.com/l)
publié le : 25/12/2014 , mis à jour le 24/12/2014
ad
pub