Nez bouché : n'abusez pas des gouttes

Dernière mise à jour: décembre 2016 | 5251 visites
neusdrs-vr-170_400_03.jpg

news En cas de congestion nasale, les gouttes et les sprays apportent un soulagement temporaire. Mais ces produits ne doivent être utilisés que pendant une période la plus courte possible.

Une étude a été réalisée auprès d'un millier de patients belges souffrant de rhinite persistante. Le résultat indique que la moitié de ces personnes recouraient de manière excessive aux médicaments décongestionnants. Or, ces produits sont à l'origine d'un effet particulièrement sournois, un véritable cercle vicieux : plus on les emploie, plus la muqueuse nasale va être congestionnée (rhinite médicamenteuse), plus la nécessité de s'administrer des gouttes se fera ressentir, plus cela compliquera la situation, et ainsi de suite.

En fait, les gouttes et les sprays décongestionnants ne doivent pas être utilisés pendant plus de sept jours consécutifs (et c'est le grand maximum).

D'abord du sérum physiologique


Avant de recourir aux médicaments, il est préférable de se rincer les voies nasales avec du sérum physiologique. On peut compléter avec des inhalations d'eau chaude dans laquelle on aura versé deux ou trois gouttes d'huile essentielle d'eucalyptus (on respire au-dessus du bol, la tête couverte d'une serviette). L'aération des pièces de vie est importante pour assainir l'atmosphère (un quart d'heure, une ou deux fois par jour).

En ce qui concerne les gouttes et les sprays décongestionnants, pas plus d'une semaine donc et en respectant strictement les doses quotidiennes recommandées. Il faut redoubler de prudence - un avis médical préalable est fortement recommandé - pour les enfants et les femmes enceintes.

La rhinite persistante se traite avec des corticoïdes locaux, sachant que la chirurgie peut être indiquée dans certains cas.


publié le : 03/12/2016 , mis à jour le 13/12/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci