Hôpitaux : les mains irritées, un sérieux problème

Dernière mise à jour: mars 2015 | 4626 visites
123-p-verpleeg-hand-dokter-170-3.jpg

news L’hygiène des mains est une condition essentielle pour limiter le risque d’infection en milieu hospitalier (les infections nosocomiales). Mais la peau des soignants en souffre.

Savon et solution antiseptique : entre deux soins, il est indispensable de débarrasser les mains des germes qui ont pu les coloniser, afin d’éviter de les transmettre d’un patient à l’autre. Cela demande du temps et de l’application, mais le jeu en vaut la chandelle puisque le strict respect de ces règles d’hygiène diminue considérablement le risque infectieux. Mais un strict respect, cela signifie devoir répéter ces gestes un nombre considérable de fois, heure après heure, jour après jour, semaine après semaine… Ce qui peut est astreignant, mais aussi constituer une source de problèmes de peau, comme le montre cette étude britannique (université de Manchester).

Les chercheurs ont analysé une banque de données nationale portant sur les cas d’affections dermatologiques, en s’intéressant tout particulièrement à la dermite de contact (ou dermatite ou eczéma de contact) liée à l’exposition des mains à des substances irritantes.
Et qu’ont-ils constaté ? Alors qu’en deux décennies, l’incidence de cette affection a diminué dans les autres professions, sa fréquence a régulièrement progressé parmi le personnel soignant, essentiellement depuis le lancement vers le milieu des années 90 d’une vaste campagne de promotion de l’hygiène des mains en milieu hospitalier.

La situation n’est pas catastrophique, mais les chercheurs soulignent que les cas de dermite n’englobent évidemment pas (loin s’en faut !) toutes les formes d’irritation des mains et qu’il s’agit sans doute du sommet de l’iceberg. Or, des mains abîmées constituent un frein à un lavage systématique et minutieux, ce qui augmente alors le risque de négligence et dès lors d’infections. Les spécialistes plaident pour la mise à disposition de produits moins agressifs et pour une réflexion globale sur les procédures d’hygiène.

Source: British Journal of Dermatology (http://onlinelibrary.wiley.)
publié le : 19/03/2015 , mis à jour le 18/03/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci