Dépression : pourquoi ça fait si mal, si longtemps

Dernière mise à jour: avril 2015 | 11751 visites
man-zw-depress-170_400_06.jpg

news Les personnes dépressives souffrent énormément : le rejet est très difficile à vivre, alors qu'elles n'éprouvent plus de joie et de plaisir. Leur cerveau ne réagit pas comme il le devrait.

Il faut avoir vécu une dépression pour savoir combien cette douleur est profonde et tenace. Des chercheurs américains (université du Michigan) ont exploré les mécanismes qui entrent en jeu dans le cerveau, et en particulier la production d’opioïdes naturels, des composés chimiques chargés d’atténuer la souffrance et le stress. Deux groupes de participants ont été réunis : des patients dépressifs et des témoins sans problème physique ou psychologique particulier.

L’expérience a consisté à simuler une rencontre en ligne, qui finissait par un échec, par un rejet. Pendant le test, les réactions cérébrales ont été observées au scanner (PET Scan).
Que constate-t-on ? Hors dépression, le cerveau produit une quantité satisfaisante d’opioïdes naturels, qui vont apaiser la contrariété ressentie à la suite du rejet. Par contre, en cas de dépression, la quantité d’opioïdes est beaucoup plus limitée, ce qui favorise la persistance du stress et de la souffrance. Il s’avère aussi que le soutien positif, amical, apporté à la personne déprimée stimule la libération d’opioïdes, mais cet effet bénéfique n’est que de très courte durée et ne permet pas de faire face aux situations ultérieures compliquées.

Comme l’explique l’un des chercheurs, « nos résultats suggèrent que le système opioïde peut constituer une cible pour le développement de médicaments très spécifiques susceptibles de considérablement aider les patients dépressifs : ils pourraient ainsi se sentir mieux après une interaction négative et surmonter leur désarroi, et consolider les sensations favorables après une interaction positive ». Ceci ne traite pas le problème de fond, les antidépresseurs non plus d'ailleurs, mais peut beaucoup aider à avancer.

Source: Molecular Psychiatry (www.nature.com/mp/index.htm)
publié le : 24/04/2015 , mis à jour le 23/04/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci