Diabète : un verre de vin rouge, c’est une bonne idée

Dernière mise à jour: décembre 2015 | 9228 visites
nb-alcoh-rode-wijn-11-15__.jpg

news Accompagner le repas du soir d’un verre de vin rouge ne présente aucun inconvénient pour les personnes diabétiques, que du contraire…

Evidemment, il ne s’agit pas de pousser qui que ce soit à boire de l'alcool. Ce qu’indique cette étude, c’est qu’une consommation modérée et régulière de vin ne pose pas de problème, et peut même s’accompagner d’effets positifs. Plusieurs centaines de diabétiques (âgés de 45 à 75 ans) ont été suivis pendant deux ans, sachant que les uns avaient pour habitude de boire de l’eau pendant le souper, alors que les autres prenaient un verre de vin rouge (un seul…). Il faut noter que tous partageaient une approche alimentaire similaire, reposant sur les grands principes du régime méditerranéen (abondance de fruits et de légumes, peu de viande rouge, beaucoup de légumineuses et de céréales, apports raisonnables en poisson et en produits laitiers, huile d’olive…).

A intervalles réguliers, des analyses ont vérifié l’évolution d’une série de paramètres, avec une attention particulière accordée aux lipides sanguins. Le résultat montre que globalement, la consommation de vin rouge améliore le taux de bon (HDL) cholestérol et d’apolipoprotéine A (ApoA : un marqueur de protection contre les maladies cardiovasculaires), avec aussi une réduction du taux de cholestérol total et une baisse du mauvais (LDL) cholestérol. L’effet sur la glycémie varie selon que la personne est dite à métabolisme lent ou rapide de l’alcool. Aucune différence entre le vin et l’eau n’est constatée en ce qui concerne la pression artérielle, l’adiposité (masse grasse) la fonction hépatique (foie), et le bien-être, à l’exception de la qualité du sommeil, un peu améliorée dans le groupe vin rouge.

Les chercheurs indiquent dès lors : « Ce suivi sur le long terme suggère qu’une consommation modérée de vin rouge par des personnes diabétiques bien contrôlées, et dans le cadre d’une alimentation saine, ne présente pas d'effet néfaste et peut contribuer à réduire le risque cardio-métabolique ».

Source: Annals of Internal Medicine (http://annals.org)
publié le : 24/12/2015 , mis à jour le 23/12/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci