La démence menace-t-elle les personnes anxieuses ?

Dernière mise à jour: mars 2016 | 7698 visites
man-Depres-stress-comp-170_400_06.jpg

news Les personnes anxieuses sont-elles plus à risque de développer une démence, comme la maladie d’Alzheimer ? C’est ce que suggère une étude américaine.

Ces recherches présentent la particularité d’avoir porté sur des jumeaux, suivis pendant une trentaine d’années. En 1984, une première équipe a conduit des entretiens destinés à évaluer une série de paramètres psychologiques (stress, dépression, anxiété…), vérifiés ensuite à intervalles périodiques. Trois décennies plus tard, d’autres chercheurs (université de Californie du Sud) ont analysé ces données en les croisant avec les cas de démence.

Leur conclusion indique que l’anxiété, indépendamment d’ailleurs de la dépression, constitue un facteur de risque « significatif » de développer une démence, et l’augmentation du risque peut aller jusqu’à 48% chez les personnes qui présentent une forte anxiété chronique par rapport à celles qui n’en ressentent pas, ou très peu. Une hypothèse renvoie à l’influence de l’anxiété sur la production de cortisol, l’hormone du stress, sachant qu’à terme, un taux élevé de cortisol peut altérer certaines fonctions cérébrales, notamment la mémoire.

Les chercheurs indiquent que le lien entre l’anxiété et la démence est plus fort chez les jumeaux dizygotes (« faux » jumeaux) que chez les monozygotes, ce qui donne à penser que des facteurs génétiques modulent cette association. En tout cas, les personnes très anxieuses ne devraient pas hésiter à consulter un spécialiste afin de lutter contre ce problème, pour leur bien-être immédiat et futur.

Source: Alzheimer’s & Dementia (www.alzheimersanddementia.c)
publié le : 04/03/2016 , mis à jour le 03/03/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci