Dépression hivernale : quels symptômes ?

Dernière mise à jour: février 2016 | 3214 visites
123-psy-depress-moe-170-8.jpg

news Tout le monde a un peu plus de mal quand le temps est maussade à longueur de journée. Mais on estime que 5 à 10% des gens sont à ce point affectés qu’ils ont des difficultés à fonctionner normalement. Les symptômes peuvent survenir à partir de novembre, mais le plus souvent ils sont plus forts en janvier - février. Cela peut être un signe d'une dépression hivernale, ou Seasonal Affective Disorder (SAD). On l’appelle aussi « blues de l’hiver » , ce qui est, strictement parlant, une forme bénigne de dépression saisonnière.

Les femmes ont quatre fois plus de risque d’en souffrir que les hommes. On évoque une prédisposition génétique et/ou une hypersensibilité innée, comme pour la plupart des troubles de l’humeur.

Comment reconnaître la dépression hivernale ?

• Vous vous sentez léthargique et fatigué.
• Vous êtes irritable et/ou anxieux.
• Vous rencontrez des problèmes de concentration.
• Vous ressentez de gros besoins de sommeil : vous dormez beaucoup et longtemps et vous restez tout de même épuisé.
• Vous exagérez sur la nourriture et avez un besoin irrépressible de sucreries.
• Vous prenez du poids.

Pour pouvoir parler d’une réelle dépression hivernale, plusieurs conditions sont nécessaires :

• les symptômes doivent se manifester au moins deux hivers consécutifs
• les symptômes disparaissent spontanément au printemps
• il n’y a pas d’autre raison qui explique la dépression (perte d’un être cher, perte d’un travail, isolement…)

Il existe quelques différences notables entre une dépression « classique », non saisonnière, et une dépression hivernale.

• Une personne qui souffre d’une dépression classique peut se sentir constamment fatiguée mais ne parvient pas à trouver le sommeil, ou celui-ci est très perturbé. La fatigue ressentie est due au manque de sommeil, tandis que les gens atteints de dépression hivernale sont fatigués malgré un grand nombre d’heures de sommeil.
• Autre différence : la faim, et singulièrement l’envie de sucreries, typique des dépressions hivernales. Quelqu’un qui souffre d’une dépression classique n’a pas d’appétit et aura tendance à maigrir au lieu de prendre du poids.


publié le : 19/02/2016 , mis à jour le 19/02/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci