Enfants et adolescents : le danger des antidépresseurs

Dernière mise à jour: septembre 2016 | 5722 visites
123-kind-psych-angst-vervelen-04-16.jpg

news Face à une dépression chez l’enfant, jeune ou plus âgé, les médicaments antidépresseurs ne doivent être prescrits que dans des cas (très) limités.

Une équipe australienne (université d’Adélaïde) a réalisé une méta-analyse d’essais regroupant au total quelque 5.000 enfants dépressifs âgés de 9 à 18 ans. Quatorze antidépresseurs ont été évalués. Le croisement et l’analyse des résultats montrent, globalement (des nuances individuelles peuvent donc intervenir), que seule la fluoxétine s’est révélée plus efficace que le placebo (substance inactive) sur les symptômes dépressifs, alors que certains de ces médicaments le sont moins ! Pire : si l’efficacité est le plus souvent faible, voire nulle, la menace d’effets indésirables est bien réelle, et concerne notamment le risque suicidaire (pensées et tentatives), avec une ampleur sans doute sous-évaluée jusqu’à présent.

Comme l’explique Le Quotidien du Médecin, « la méfiance et la prudence envers les antidépresseurs chez les jeunes patients ne datent pas d’hier. La psychothérapie est recommandée en première intention dans la plupart des pays occidentaux. Pourtant, la prescription continue d’augmenter légèrement aux Etats-Unis et en Europe. De fait, dans cette classe d’âge, le traitement antidépresseur ne doit jamais être prescrit lors de la consultation initiale et il n’est éventuellement indiqué que dans un nombre réduit de cas ». Le Pr Danielli Marcelli, vice-président de la Société française de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, souligne que « l’approche psychologique ou relationnelle est la plus efficace sur le long terme ».

Voir aussi l'article : Vidéo - La dépression chez l'adolescent

Source: The Lancet (www.thelancet.com)
publié le : 16/09/2016 , mis à jour le 15/09/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci