Mémoire : avec l’âge, le cerveau s'embrouille

Dernière mise à jour: août 2016 | 10557 visites
123-hersenen-puzzle-8-8.jpg

news Avec l’âge qui avance, la mémoire devient moins efficace. Ceci pourrait s’expliquer en partie par une plus grande difficulté à sélectionner d’emblée les informations les plus judicieuses.

En partie, puisque d’autres processus entrent clairement en jeu. Ce que met en évidence cette équipe américaine (Georgia Tech) porte sur ce qu’elle appelle un déficit d’attention sélective au moment de l’encodage des informations, ce qui nuit au rappel ultérieur de ces mêmes informations. Pour être plus clair, il y a un souci au moment de faire le tri de ce qu’il est pertinent de retenir, trop de données s’accumulent dans le cerveau, et ceci complique la capacité à se rappeler de certains éléments.

Les chercheurs ont réalisé une expérience regroupant des seniors (âgés en moyenne de 60 ans) et des jeunes adultes. On leur a présenté des images d’objets dans des contextes différents, en termes de couleurs et de scènes, et dans des configurations banales ou inattendues. L’objectif consistait à évaluer la capacité à se souvenir des caractéristiques des objets. L’activité cérébrale (potentiels évoqués) des participants a été analysée par électroencéphalographie (EEG).

Le résultat montre que les seniors sont plus hésitants, moins assurés que les plus jeunes pendant le processus de rappel (reconstruction) des informations. Les spécialistes indiquent que ceci s’explique par une plus forte imprégnation des détails du contexte. Lors de la mémorisation, les seniors ont retenu trop d’informations « parasites », n’ont pas effectué un tri suffisant, ont eu des difficultés à sélectionner les données les plus judicieuses, ont manqué de sélectivité… : il se produit alors une sorte de surcharge, d’encombrement, qui ralentit le rappel des souvenirs. Chez les jeunes, les éléments pertinents sont stockés avec davantage de sélectivité, et le rappel est dès lors facilité. On notera que ces facultés sont encore davantage altérées lorsque les seniors sont plongés dans un environnement bruyant. Ces travaux contribuent à une meilleure compréhension de l’évolution des capacités cérébrales au fur et à mesure que l’âge avance.

Source: Neuropsychologia (www.journals.elsevier.com/n)
publié le : 28/08/2016 , mis à jour le 27/08/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci