Constipation : l’électro-acupuncture peut vous aider

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 5630 visites
123-vr-buik-pijn-3-7.jpg

news En cas de constipation chronique, l’électro-acupuncture semble présenter un réel intérêt pour une proportion importante des patients.

Cette technique stimule les points classiques d’acupuncture avec des décharges électriques infimes qui n’occasionnent ni gêne, ni douleur. Une étude réalisée dans quinze hôpitaux chinois, explique Le Quotidien Médecin, indique que « l’électro-acupuncture paraît constituer une alternative efficace et sans danger pour soulager les patients souffrant de constipation chronique fonctionnelle et améliorer leur qualité de vie ». Fonctionnelle, c’est-à-dire qu’elle n’est pas liée à une cause organique (une maladie, par exemple) ou à la prise de médicaments. Il s’agit du type de constipation le plus fréquent.

Les chercheurs ont réuni un millier de patients, répartis en deux groupes : 1°) 28 séances de « vraie » électro-acupuncture, étalées sur 8 semaines, 2°) même chose, mais les aiguilles étaient placées sur des « faux » points d’acupuncture. « Et les auteurs n’ont pas été déçus », poursuit Le Quotidien du Médecin. « Les patients traités par acupuncture sont allés bien plus souvent à la selle au cours des huit semaines de traitement qu’avant le début de l’étude, et bien plus souvent que les patients recevant le traitement placebo. Les bénéfices étaient encore présents trois mois après la fin du traitement ».

Les effets sont variables selon les patients, mais on peut notamment retenir qu’un tiers (31%) de ceux traités par électro-acupuncture sont allés à la selle au moins trois fois par semaine au cours du traitement et ils étaient encore un peu plus nombreux (38%) dans les mois qui ont suivi, ce qui n’est le cas que de 12% dans le groupe placebo (fausse acupuncture). La différence est considérable. Et sans surprise, conclut Le Quotidien du Médecin, « les patients traités par électro-acupuncture ont rapporté une réelle amélioration de leur qualité de vie ».

Source: Annals of Internal Medicine (http://annals.org)
publié le : 24/11/2016 , mis à jour le 23/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci