Morsure de chien : si vous êtes nerveux, soyez très prudent

Dernière mise à jour: mars 2018 | 4980 visites
123m-dieren-hond-12-3.jpg

news Les morsures de chien sont courantes, du simple pincement à l’accident grave. Et les hommes anxieux sont bien plus susceptibles de se faire mordre.

Comme l’explique cette équipe britannique (université de Liverpool), les études sur les morsures de chien reposent habituellement sur les dossiers médicaux, en particulier lors de soins à l’hôpital. Il est dès lors probable que les résultats soient biaisés, dans la mesure où ils renvoient à des blessures sérieuses. Ici, les chercheurs ont mené l’enquête dans le Cheshire, un comté en grande partie rural du nord-ouest de l’Angleterre. Ils ont approché quelque 400 foyers.

Que constate-t-on ?

• Un quart des personnes interrogées ont été mordues au moins une fois au cours de leur existence. Dans un tiers des cas, la morsure a nécessité des soins, et elle a conduit à une hospitalisation dans 0,6 des cas.

Les hommes sont quasiment deux fois plus à risque que les femmes de se faire mordre.

• Les propriétaires de plusieurs chiens s’exposent à un risque de morsure multiplié par trois.

• Un peu plus de la moitié des morsures (55%) sont le fait d’un chien jusque-là inconnu de la victime.

• Les personnes présentant un profil anxieux (irritabilité, nervosité…) sont nettement plus à risque de morsure.

Les auteurs indiquent : « Ces données suggèrent que les morsures de chien sont considérablement plus fréquentes que ce qui est estimé sur base des dossiers hospitaliers. De fait, la plupart des morsures n’exigent pas de traitement médical. Les facteurs de risque de morsure, dont le profil émotionnel des victimes, demandent des recherches complémentaires, afin d’affiner les conseils de prévention ». Et donc, si vous êtes un homme plutôt nerveux, essayez de vous maîtriser en présence d’un chien…

Source: Psychology, Community & Health (https://pch.psychopen.eu/in)
publié le : 24/03/2018 , mis à jour le 23/03/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci