Poêle à bois : les conseils pratiques

Dernière mise à jour: janvier 2019 | 1367 visites
houtkachel-170_400_02.jpg

news L'utilisation d'un poêle à bois doit respecter une série de conditions, nécessaires sur le plan énergétique et pour la santé des occupants de la maison. Voici nos conseils.

Réglez précisément l'appareil. Un poêle avec une puissance insuffisante ne produit pas assez de chaleur pour atteindre la température désirée. Inversement, avec trop de puissance, vous devrez diminuer très rapidement l'alimentation en air. En cas de manque d'oxygène, le bois brûle moins fort. La température baisse, mais la combustion n'est plus optimale, et la fumée dégage des substances plus nocives et diffuse une odeur désagréable. Un poêle avec le bon rendement consommera également beaucoup moins.

Si vous achetez un nouveau poêle, il doit respecter les normes en matière d'émissions et d'efficacité de combustion. Les exigences dépendent du type d'appareil. Il convient donc de distinguer les appareils de chauffage, les appareils à accumulation, les appareils à pellets...

Évitez les feux ouverts. Un foyer évacue la chaleur de la pièce, dégage des substances dangereuses dans l'espace intérieur et peut provoquer un incendie si des matériaux en combustion se répandent.

Assurez un bon placement de votre cheminée. Le feu a besoin d'oxygène. La cheminée rejette les gaz de combustion. Ceci ne fonctionne qu'avec une cheminée qui dépasse du faîte du toit et des bâtiments adjacents. De plus, le diamètre du conduit de cheminée doit être adapté, sans quoi la cheminée tire mal et le risque de feu de cheminée augmente.

Respectez les recommandations du fabricant. Cela semble évident, mais en raison de l'évolution rapide en termes de développement et de performances, le fonctionnement varie d’un modèle à l’autre.

N'ouvrez pas toujours complètement l'alimentation en air de votre poêle. Ouvrez l’alimentation complètement lorsque vous allumez le poêle. Une fois que le feu brûle bien, réduisez un peu l'apport d'air. Si le poêle aspire trop d'oxygène, le bois brûle trop fort. Il n'a pas le temps de brûler complètement et la cheminée aspire des étincelles. Mais si le feu ne reçoit pas suffisamment d'oxygène, la fumée contient davantage de particules de suie et d'autres substances nocives telles que le monoxyde de carbone.

N'utilisez pas la suie de votre poêle comme engrais pour le potager. Les cendres de votre poêle nuisent aux légumes et polluent la nappe phréatique. La cendre de bois contient des substances nocives telles que les dioxines. Les plantes les extraient du sol par leurs racines et les stockent. Laissez les cendres de votre poêle refroidir à l'extérieur dans un récipient fermé, incombustible et jetez-les avec les ordures ménagères.

N’allumez pas votre poêle avec du papier journal. La combustion de l'encre du papier journal est néfaste. Vous devez allumer votre poêle avec des allume-feux.

Lors de la préparation de votre poêle, placez le matériau le plus inflammable en haut. Cela semble illogique, mais c’est quand même la meilleure méthode. Il faudra peut-être un peu plus de temps pour que le feu prenne correctement, mais moins de substances nocives sont libérées. Dans les pays où beaucoup de gens se chauffent au bois, comme la Suisse ou la Suède, cette technique est de plus en plus utilisée.

Évitez également tout contact entre le bois et les parois du poêle afin d'éviter la formation de suie sur les parois. Utilisez uniquement du bois aux dimensions correctes, recommandées par le fabricant.

Ajoutez des petites quantités de bois régulièrement et fermez la porte le plus rapidement possible. Le feu brûlera de manière optimale et un minimum de substances nocives pénétreront dans la pièce de vie.

Faites ramoner votre cheminée au moins une fois par an. Pour éliminer le risque de feu de cheminée, il n’y a qu’une chose à faire : faites ramoner votre cheminée au moins une fois par an. Nettoyez également les parois de votre poêle régulièrement. Un entretien régulier permet aussi de réduire les coûts de chauffage et, bien sûr, la pollution de l’environnement.

Beaucoup de personnes croient que les pelures de pommes de terre brûlent les crasses de la cheminée, mais des recherches ont montré que c’était faux. Les produits spéciaux qui peuvent être achetés ici et là ne fonctionnent pas du tout ou très peu.

Ne brûlez pas de bois composite (par exemple du contreplaqué et des panneaux de fibres) dans un poêle à bois. Le bois composite contient de la colle et des matières plastiques. Sa combustion cause beaucoup de pollution et de suie. Pour éviter les nuisances olfactives, les problèmes de santé et les feux de cheminée, ne brûlez pas ce type de bois.

Laissez le bois sécher suffisamment avant de le brûler. Le noisetier est l’un des meilleurs bois de chauffage. Il doit bien sûr être sec, comme tous les autres types de bois de chauffage. Idéalement, le bois doit être stocké pendant deux ans à l’abri.

Vous doutez ? Frappez deux bûches l’une contre l’autre. Si le son est terne, le bois est encore trop humide. Un son clair prouve que le bois ne contient pratiquement plus d'humidité.

Vous avez des doutes sur le fait que vous chauffez correctement ?. Si la fumée de votre cheminée est blanche ou pratiquement invisible, vous faites du bon travail. Après tout, la fumée est presque exclusivement composée de vapeur d’eau. La fumée noire est un signal d'alarme. Vous le sentirez !

Ne fermez jamais l'alimentation en air de votre poêle à bois même si la température monte trop. En fermant l’alimentation en air, deux problèmes se posent.

- la cheminée ne tire pas aussi bien
- la fumée contient plus de substances nocives

Le feu reçoit alors trop peu d'oxygène et il s'étouffe. La combustion est incomplète et du CO (monoxyde de carbone) se dégage.

Après quelques minutes, fermez l'arrivée d'air lorsque le feu est éteint et qu'il ne reste que de la suie. De cette façon, vous éviterez les pertes de chaleur par la cheminée.


publié le : 03/01/2019 , mis à jour le 02/01/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci