Coup sur la tête : perte d'odorat, anxiété et dépression

Dernière mise à jour: octobre 2019 | 4226 visites
123m-ruik-bloom-neus-16-10-19.jpg

news Un coup sur la tête, même d’apparence mineure, peut provoquer une perte d’odorat, ainsi que des problèmes psychologiques à long terme. Ce genre de choc, avec commotion cérébrale, doit faire l’objet d’une réelle attention.

La commotion cérébrale traduit une collision entre le cerveau et les parois de la boîte crânienne, suite à un coup, une chute, un impact… On sait depuis longtemps que les victimes d’une commotion cérébrale majeure peuvent perdre temporairement le sens de l’odorat et développer des problèmes psychologiques comme l’anxiété et la dépression. Une équipe internationale, sous la coordination de l’université de Montréal, démontre qu’il en va de même pour les personnes qui ont subi une commotion cérébrale mineure.

Un indice important


Les chercheurs ont porté leur attention sur des patients admis à l’hôpital à la suite d’un accident de ski : les uns souffraient d’une commotion cérébrale légère, les autres d’une fracture à un membre (sans commotion cérébrale). Des tests de capacité olfactive ont été réalisés, par identification d’odeurs synthétiques de rose, d’ail, de clou de girofle et de solvant. Premier élément : dans les 24 h suivant l’accident, un peu plus de la moitié des victimes de commotion cérébrale légère présentaient une baisse du sens de l’odorat (contre 5% des victimes de fracture). Après un an, la situation était revenue à la normale (après 6 mois pour la plupart de ces patients).

Toutefois, on constate chez la majorité de ces personnes (65%) la manifestation à long terme de symptômes anxieux ou dépressifs, avec inquiétude, difficulté à se détendre, sensation subite de panique… Comme l’explique l’un des auteurs, « de nombreuses personnes subissent une commotion cérébrale légère à un moment ou à un autre de leur existence, et le fait de prendre conscience qu’elles ont un problème d’odorat est un indice important qui devrait les inciter à signaler cet événement à leur médecin. Il est crucial que les patients signalent une perte olfactive car ce renseignement est rarement demandé. Or, l’identification de ce problème constitue un grand pas vers un traitement personnalisé et un suivi plus étroit visant à vérifier si la perte olfactive et l’anxiété persistent ».

Voir aussi l'article : Mauvais odorat : attention au risque cardiovasculaire

Source: Brain Injury (www.tandfonline.com/loi/ibi)
publié le : 27/10/2019 , mis à jour le 27/10/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci