ad

Produits antimoustiques : comment agissent-ils vraiment ?

Dernière mise à jour: février 2020 | 3601 visites
123m-mug-mosquito-6-12-19.jpg

news Curieusement, on ignorait la raison précise pour laquelle les produits antimoustiques protègent la peau contre les piqûres. Quels sont les mécanismes qui entrent en jeu ?

Comme l’explique cette équipe américaine (université Johns Hopkins), « le mode d’action des répulsifs antimoustiques était inconnu. Ceci est dû à la difficulté à observer la manière dont le système olfactif du moustique réagit à ces produits ». Les chercheurs ont eu recours à des techniques sophistiquées (outils génétiques) pour visualiser la réponse neuronale de tous les organes olfactifs du moustique, en ce compris les antennes, le « nez » de l’insecte. L’expérience a été réalisée sur des moustiques vivants (Anopheles coluzzii).

Que constate-t-on ? Qu’il s’agisse du DEET, de l’IR3535 ou de la picaridine (icaridine), ces substances ne repoussent pas les moustiques, mais elles masquent les odeurs de la peau. En fait, les molécules volatiles des produits synthétiques et des odeurs humaines se mélangent, ce qui atténue considérablement la réponse du système olfactif du moustique. L’être humain devient en quelque sorte invisible.

Lorsqu’ils détectent l’odeur humaine, les neurones olfactifs du moustique s’activent fortement. S’il s’agit d’un répulsif, il ne se passe rien. Quand on mélange les deux, la réaction est cinq fois moins intense par rapport à la seule odeur humaine. On ajoutera que les produits naturels, comme la citronnelle et l’eugénol, semblent agir différemment, puisqu’ils provoquent une forte activation d’un petit groupe de neurones situé dans les antennes : on peut supposer que leurs propriétés répulsives viennent du fait que les moustiques n’aiment pas du tout ces odeurs.

Voir aussi l'article : Que faire en cas de piqûre d'insecte ?

Source: Current Biology (www.cell.com/current-biolog)
publié le : 05/02/2020 , mis à jour le 04/02/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci