ad

Quel lien entre le poids, le tour de taille et la maladie pulmonaire ?

Dernière mise à jour: février 2020 | 5869 visites
123m-longen-5-12-19.jpg

news Le surpoids et l’obésité sont associés à un éventail de troubles de santé, et certains liens paraissent curieux, comme avec la maladie pulmonaire. Pourtant, le poids et le tour de taille influencent bien des paramètres santé, avec des différences entre les hommes et les femmes.

On sait que l’excès de poids est considéré comme un facteur de risque de trouble cardiométabolique. Mais cela ne s’arrête pas là, et l’obésité est soupçonnée d’être impliquée dans bien d’autres maladies non transmissibles. Une équipe britannique (université d’Oxford) a approfondi cet aspect sur une très large population, puisque l’étude a porté sur quelque 230.000 femmes et 200.000 hommes, de poids sain, en surpoids ou obèses. Trois paramètres ont été pris en considération : l’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille et le rapport IMC / tour de taille. Des données génétiques ont complété l’analyse, alors qu’il a été tenu compte de facteurs classiques comme le tabagisme, la glycémie ou la pression artérielle.

Maladie pulmonaire, hépatique, rénale...


Le résultat montre que l’obésité augmente sensiblement le risque de maladie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral (AVC, surtout ischémique) et de diabète, mais aussi de maladie pulmonaire chronique obstructive, de cancer du poumon, de stéatose hépatique non alcoolique (maladie du foie gras non alcoolique), de maladie hépatique chronique, ainsi encore que de maladie rénale aigue ou chronique.

On observe certaines différences entre les sexes. Chez les femmes, un IMC élevé expose davantage au risque de diabète que chez les hommes. Chez ces derniers, un tour de taille élevé constitue un facteur de risque plus important que chez les femmes de maladie pulmonaire chronique obstructive et d’insuffisance rénale chronique. Les chercheurs poursuivent : « L’obésité est identifiée comme un facteur de risque dans la majorité des causes majeures de mortalité par maladie non infectieuse, ce qui confirme son importance cruciale en termes de santé publique ». Et ce qui devrait aussi inciter chacun à surveiller de près son poids et son tour de taille…

Voir aussi l'article : Migraine : la perte de poids, un vrai traitement

Source: PLOS Genetics (https://journals.plos.org/p)
publié le : 02/02/2020 , mis à jour le 01/02/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci