ad

Océans : les incroyables poissons invisibles des profondeurs

Dernière mise à jour: octobre 2020 | 2512 visites
poisson-noir-1.jpeg

news Dans les profondeurs des océans, certains poissons reflètent si peu la lumière qu’ils en deviennent quasiment invisibles. Comment expliquer cette adaptation remarquable ?

Au-delà d’une certaine profondeur, la lumière solaire est extrêmement faible, voire inexistante, mais certains organismes bioluminescents (émettant de la lumière) constituent des sources lumineuses qui peuvent révéler la présence d’un animal à ses prédateurs ou à ses proies. Ce qui pose évidemment problème : soit il risque de se faire attaquer, soit il est détecté trop vite.

Afin de contourner la difficulté, de nombreuses espèces de poissons ont développé des techniques de camouflage, dont la transparence, la surface miroir… et l’absorption. Une équipe américaine (université Duke) vient ainsi de découvrir seize espèces de poissons des profondeurs qualifiés d’ultra-noirs, en ce sens qu’ils reflètent moins de 0,5% de la lumière qui les touche, certains ne dépassant pas 0,04%. A titre de comparaison, le papier noir reflète 10% de la luminosité. Pour ainsi dire, ces poissons sont invisibles dans leur milieu naturel.

Comment expliquer cette propriété ? La pigmentation de la peau de nombreux poissons des grandes profondeurs est adaptée à l’absorption et à la réflexion de la lumière, mais ici, on constate une extraordinaire densité de mélanosomes, qui « avalent » littéralement la lumière par l’action de la mélanine. Qui plus est, on n’observe pas de séparation entre ces structures, sachant qu’elles présentent une forme et une taille optimales pour empêcher la réflexion lumineuse. Un camouflage parfait, donc.

Les chercheurs estiment que leur découverte pourrait contribuer à la mise au point de nouveaux matériaux ultra-noirs, avec des applications en astronomie (outils optiques) et dans l’aérospatiale (satellites).

poissonnoir4.jpg

La couleur d’apparence brunâtre est le résultat de la surexposition au flash de l’appareil photo.

Voir aussi l'article : Océans : les microbes dévoreurs de plastique

Source: Current Biology (www.cell.com/current-biolog)
publié le : 10/10/2020 , mis à jour le 10/10/2020
ad
pub