ad

Qu'arrive-t-il à votre cerveau si vous ne dormez pas assez ?

Dernière mise à jour: mars 2021 | 1706 visites

dossier Aller dormir ou regarder encore un épisode de votre série préférée ? Si vous hésitez, faites vos calculs. Le cerveau d'une personne qui ne dort que quatre heures par nuit a en moyenne huit ans de plus que celui d'une personne qui dort suffisamment. Mais commençons par examiner ce qui arrive à votre cerveau pendant une nuit de sommeil.

Votre sommeil se compose de quatre ou cinq cycles

123m-bed-slapen-13-10-20.jpg

Pendant votre sommeil, vous passez par quatre ou cinq cycles d'environ une heure et demie chacun, eux-mêmes composés de plusieurs phases.

Cela commence par une première phase d'environ cinq minutes de sommeil léger. Ensuite, des ondes électromagnétiques régulières vont du plus profond du cerveau au cortex cérébral. Ces ondes se succèdent toutes les quelques secondes. C'est la deuxième phase de votre sommeil. Elle dure environ cinquante minutes et elle est très importante pour le processus de mémorisation. Durant cette phase, les informations que vous avez collectées au cours de la journée sont traitées et stockées dans votre mémoire. C’est à ce moment aussi que des connexions sont établies avec les connaissances qui étaient déjà enregistrées. C’est donc pendant votre sommeil que se décide quels souvenirs persisteront et lesquels s'estomperont ou disparaîtront. Il s'avère que plus cette phase se passe bien, mieux vous maîtriserez les nouvelles tâches apprises. Certains scientifiques pensent même qu'il existe un lien entre l'intelligence d'une personne et la puissance de ces ondes.

Ensuite, pendant les troisième et quatrième phases de votre sommeil, vous dormez profondément. C'est le moment où votre corps se remet de tous les efforts et corrige les dégâts accumulés pendant la journée. Au cours de la quatrième phase de sommeil, vos ondes cérébrales se rapprochent de celles d'un patient dans le coma. Cette phase dure au maximum une demi-heure. Ensuite, vous plongez dans le fameux sommeil paradoxal, la cinquième phase de sommeil, lorsque vos yeux vont et viennent rapidement et durant laquelle vous rêvez. Cette phase semble cruciale pour réguler l’humeur et pour stocker des souvenirs. Le réveil se produit naturellement après cette dernière phase de sommeil. A moins bien sûr que le réveil en ait décidé autrement.

Un grand nettoyage

123m-hers-8-7-20.jpg

Votre cerveau est littéralement nettoyé pendant votre sommeil. Lorsque vous êtes éveillé, vos cellules cérébrales sont en quelque sorte agglomérées. Pendant le sommeil, certaines cellules rétrécissent, créant plus d'espace entre elles. Cela facilite la circulation du liquide céphalo-rachidien. Ce faisant, les « déchets cérébraux », en particulier les protéines, sont éliminés. Chez ceux qui dorment trop peu, ces protéines s'accumulent plus facilement dans le cerveau. L'accumulation des protéines bêta-amyloïde et tau est directement associée à la maladie d'Alzheimer. Les personnes qui dorment trop peu pendant plusieurs années seraient plus susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer.

La privation de sommeil prend rapidement sa revanche

Les effets pour le cerveau de la privation de sommeil sont notables. Le cortex préfrontal commence rapidement à en souffrir. Il s'agit d’une structure située à l'avant du cerveau et qui participe notamment à la prise de décisions et à la résolution des problèmes.

Une recherche internationale a porté sur plus de 10.000 personnes dont on a analysé les habitudes de sommeil et testé les performances cognitives. Elle révèle que dormir trop peu peut rapidement altérer le raisonnement logique et les performances verbales. Le cerveau d'une personne qui dort en moyenne seulement quatre heures par nuit présente des performances comparables à celles d'une personne de huit ans plus âgée qui dort suffisamment.

Nous dormons deux heures de moins qu'avant

123m-nacht-smartphone-gsm-bed-4-1-21.jpg

Vous dormez trop peu ? Bienvenue au club ! La privation de sommeil est presque devenue une épidémie. En moyenne, nous dormons près de deux heures de moins par nuit que voici un demi-siècle. Notre utilisation des médias n'est probablement pas étrangère au phénomène. Les téléviseurs, tablettes et smartphones nous encouragent à rester éveillés plus longtemps simplement parce qu'ils nous occupent. Il faut se laisser aller à se mettre au lit quand nous nous sentons fatigués, même si un suspense efficace à la fin d'un épisode d’une série nous incite à nous attarder dans le canapé. Les écrans émettent également de la lumière bleue, qui inhiberait la production de mélatonine, l'hormone du sommeil.

Faire une sieste

Vous vous couchez à des heures impossibles la nuit ? Alors une sieste pourrait vous apporter un soulagement. Selon la recherche, une courte sieste rafraîchit le cerveau. Ceux qui font une sieste l'après-midi apprennent mieux de nouvelles choses que ceux qui ne le font pas. Les élèves pourraient plus facilement se souvenir de nouvelles informations après une sieste. La thèse est que le sommeil nettoie la mémoire à court terme et déplace ce qui est intéressant dans la mémoire à long terme, après quoi il y a à nouveau plus d'espace pour apprendre.

La plupart des personnes ne dorment pas moins la nuit si elles font la sieste pendant la journée. Cela a probablement à voir avec la privation généralisée de sommeil. Et une sieste pendant la journée peut bien sûr aider à rendre la privation de sommeil moins pénible.

Trop dormir n'est pas bon non plus

Trop dormir n'est pas bon non plus pour le cerveau. Le rythme de sommeil idéal est de sept à huit heures par nuit. Ceux qui dorment bien plus que cela obtiennent les mêmes résultats aux tests cognitifs que ceux qui dorment trop peu.

Source: llka De Bisschop - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub