Que faire contre les brûlures d'estomac ?

Dernière mise à jour: avril 2015 | 36029 visites

dossier A chaque changement de saison ou lors des mois les plus froids, on mange une nourriture plus riche, plus roborative.
Après tout, nous sommes en Belgique amateurs de cuisine bourguignonne. Malheureusement, de telles habitudes alimentaires ne laissent pas notre estomac de marbre et il peut s’en suivre des brûlures d’estomac ou ce que le grand public appelle communément « avoir le brûlant » voire régurgiter.

pijn-maag.jpg
Toute ingestion de nourriture même les mets les plus fins et les plus délicieux devient vite un calvaire dans ce cas et l’appétit s’amenuise à la vitesse de l’éclair. Néanmoins, il existe des conseils pour éviter le « brûlant » ou les montées d’acide gastrique et ce, de façon préventive et curative.

Qu'est-ce que le brûlant?

Tout un chacun a bien un jour ou l’autre souffert de reflux gastrique ou de brûlant. Ce n’est en soi pas dramatique. Mais si les plaintes s’intensifient et qu’elles s’accompagnent de douleurs dans la partie supérieure de l’estomac voire de l’abdomen ou d’une sensation de brûlure au niveau de l’œsophage, il convient d’agir assez rapidement.

D'où provient le reflux gastro-oesophagien?

Notre estomac produit naturellement une certaine quantité d’acide avec un pH de 1-2. Ce suc gastrique est chargé de digérer les aliments et de détruire les bactéries naturellement présentes dans la nourriture. Notez que notre estomac est recouvert d’une couche protectrice : la muqueuse gastrique qui évite à la paroi gastrique d’entrer en contact avec cet acide.

A hauteur de l’entrée de l’estomac, on trouve une sorte de clapet, un petit muscle qui se rétracte et qui évite que l’acide gastrique ne pénètre dans l’œsophage. Tout ceci fonctionne très bien sauf lorsque nous mangeons plus que de coutume, lorsque nous mangeons des aliments peu fréquents dans notre régime de base.
Des plats épicés, lorsque nous consommons davantage d’alcool, de graisses…la pression sur l’estomac s’intensifie dès lors et le contenu de l’estomac peut entraîner un reflux acide au niveau de l’œsophage.
Les personnes sensibles connaissent déjà cette sensation de brûlant, de douleur lancinante dans la partie supérieure de l’œsophage.

Quels sont les symptômes?

Diverses plaintes peuvent laisser présager que l’équilibre gastrique n’est plus respecté :
• Des reflux acides,
• Une sensation de poids au niveau de l’estomac,
• Des ballonnements, une sensation de lourdeur au niveau de l’estomac même après un repas léger,
• Une sensation de malaise avec parfois des nausées,
• Le brûlant,
• Une douleur brûlante dans la partie supérieure de l’abdomen.

Comment éviter le reflux gastrique?

Evitez le stress, les repas pris sur le pouce, les fastfoods, un excès de graisses, de caféine, de sucres, de plats trop riches et trop épicés, de l’alcool, la nicotine etc. Tous ces aliments ou produits oeuvrent pour une surproduction en acides gastriques.
Cette sorte d’overdose en acides gastriques touche les muqueuses gastriques et donc l’œsophage. Pour éviter cela,
• il convient de limiter le stress,
• de gérer son temps et son travail,
•de se ménager des temps de repos.
• ne buvez pas trop de liquide en mangeant,
• fractionnez les repas et évitez de manger de trop grosses quantités
• n’oubliez pas une pratique régulière d’une activité sportive.
• Des sports d’endurance comme le vélo,la marche et la natation peuvent vous permettre de retrouver un certain équilibre.
• Des exercices de relaxation ou une petite sieste peuvent faire des miracles.

Si ces conseils ne suffisent pas, demandez l’avis à votre pharmacien qui vous conseillera certainement un antiacide dans un premier temps. Si les symptômes persistent, il est recommandé de consulter votre généraliste qui vous recommandera certainement de la ranitidine ou encore un inhibiteur de la pompe à proton (IPP) comme l’Oméprazole ® et ce, pendant un mois à titre d’essai.
Si les symptômes persistent passé ce laps de temps, il conviendra de consulter un gastroentérologue afin d’éliminer tout risque d’oesophagite, d’ulcère gastrique, d’hernie hiatale ou encore dans les cas les plus extrêmes, de cancer.


publié le : 16/02/2011 , mis à jour le 07/04/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci