Maladie d'Alzheimer : une hormone pour une meilleure mémoire

Dernière mise à jour: octobre 2014 | 5111 visites
tek-igf-eiw-170_400_05.png

news A l’issue de recherches effectuées sur des rats, des scientifiques américains ont identifié le rôle crucial d’une hormone – connue sous le nom d’IGF-II - dans les mécanismes de mémorisation. Des pistes thérapeutiques, dans le cas en particulier des démences séniles, sont d’ores et déjà évoquées.

L’étude a été coordonnée par le Pr Cristina Albertini, attachée au Mont Sinai Medical Center (New York). Elle a permis de mettre en évidence l’action jouée par l’hormone IGF-II (Insuline-like Growth Factor) dans la stimulation de la mémoire et la capacité à retenir les événements. En fait, cette « consolidation » s’explique par l’activité de l’IGF-II dans l’hippocampe, une zone du cerveau impliquée dans la mémoire épisodique.

Pour poser ce constat, les chercheurs ont étudié le comportement de rats, tout en dosant la quantité d’IGF-II présente dans leur hippocampe. Ensuite, ils ont administré aux rongeurs une substance destinée à neutraliser l’action de l’hormone. Résultat : les rats sont alors devenus incapables de mémoriser de nouvelles informations.

« En termes d’applications cliniques, l’IGF-II pourrait apporter de réels bénéfices dans la prise en charge de la maladie d’Alzheimer ou d’autres types de démences séniles », explique le Pr Albertini. La spécialiste envisage des modes d’administration aussi simples que la voie nasale. Néanmoins, des recherches approfondies seront encore nécessaires avant d’espérer disposer d’un tel traitement.

Source: Nature (www.nature.com)
publié le : 27/05/2011 , mis à jour le 20/10/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci