Douches vaginales : à éviter !

Dernière mise à jour: avril 2011 | 17570 visites
vr-mooi-nkt-170_400_03.jpg

news Les femmes pensent encore trop souvent qu’une douche vaginale est le meilleur moyen d’avoir une bonne hygiène intime et de lutter contre quelques odeurs désagréables. Il s’agit d’un nettoyage intime à l’intérieur du vagin avec de l’eau et/ou à l’aide d’un produit adapté.

Certaines femmes et jeunes filles pensent qu’une douche vaginale est incontournable après un rapport sexuel tout simplement parce qu’elles croient que toute trace de sperme sera ainsi éliminée et qu’elles pourraient, du coup, éviter une grossesse non désirée. Ce qui est faux! D'autres font des douches vaginales parce qu’elles éprouvent une sensation de dégoût ou d’inconfort à l’idée d’avoir du sperme en elles.

Nettoyer le vagin est inutile pour la simple raison qu’il veille lui-même à sa propre hygiène, une sorte d’auto-nettoyage grâce à la flore vaginale. Une douche vaginale n’ôtera en aucune façon les odeurs indésirables qui sont souvent imputables aux organes sexuels situés en surface. Il convient dès lors de les laver à l’eau tiède et/ou éventuellement avec un pain dermatologique au pH neutre si les odeurs sont tenaces et/ou pour éviter toute possible infection.

Si les plaintes odorantes persistent ou si elles s’accompagnent de douleurs, de sécrétions vaginales (pertes blanches odorantes) etc., il convient de consulter rapidement un médecin/gynécologue. Insistons sur le fait qu’une douche vaginale n’a aucun effet contraceptif et ce, même si elle est pratiquée avec de l’eau tiède et du vinaigre selon des « recettes » de grand-mère.

De plus, faire trop fréquemment des douches vaginales ou une toilette intime peut entraîner des irritations vaginales et cela pourrait également, contrairement à la croyance populaire, présenter des risques d’infection. Enfin, on déconseille les douches vaginales aux femmes enceintes.


publié le : 19/04/2011 , mis à jour le 19/04/2011
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci