Le flair du chien détecte aussi le cancer du poumon

Dernière mise à jour: mai 2019 | 4721 visites
neus-hond-170_400_08.jpg

news Les capacités olfactives du chien semblent décidément inépuisables : une étude allemande montre que l’animal est capable d’identifier un patient souffrant d’un cancer du poumon.

Des recherches récentes avaient abouti au même constat concernant le cancer de la prostate. Cette fois, les chercheurs (qui publient leurs résultats dans la revue « European Respiratory Journal ») ont sélectionné quatre chiens renifleurs, spécifiquement entraînés : deux bergers allemands, un berger australien et un labrador. Dans le même temps, ils ont constitué un groupe d’environ deux cents sujets, la moitié en bonne santé, un quart de patients souffrant d’un cancer du poumon, et un autre quart de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Chacun a été invité à expirer dans un appareil « capteur ». Les échantillons ont ensuite été soumis au flair des chiens.

Résultat : dans l’écrasante majorité des cas, les animaux ont identifié les patients atteints d’un cancer du poumon, sans confusion avec la BPCO, et sans être gênés par des odeurs qui auraient pu interférer (relents de cigarette, notamment).

Les chercheurs indiquent que la prochaine étape consiste à isoler les molécules odorantes qui semblent liées au cancer pulmonaire, et à faire en sorte qu’elles puissent être reconnues par des « nez électroniques ».


publié le : 14/01/2012 , mis à jour le 22/05/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci