Echec de la FIV : l’adoption règle bien des problèmes

Dernière mise à jour: février 2013 | 3657 visites
gezin-fam-zee-blij-170_400_01_.jpg

news L’adoption après des tentatives infructueuses de fécondation in vitro (FIV) assure aux parents un degré de bien-être psychologique particulièrement élevé.

Cette équipe de l’université de Göteborg (Suède) a évalué une série de paramètres de qualité de vie chez plusieurs milliers de couples, répartis en quatre groupes :

• échec de la FIV et pas d’enfant,
• échec de la FIV et adoption,
• FIV réussie,
• pas de problème d’infertilité et enfant.

Le résultat fait apparaître les scores de bien-être psychologique et de connexion sociale les plus élevés chez les parents qui ont adopté (depuis cinq ans, en moyenne), même par rapport à ceux qui ont eu « naturellement » leur enfant. D’évidence, la situation la plus défavorable a été observée en cas d’échec de la FIV et sans présence d’enfant.

Les auteurs vont jusqu’à suggérer qu’il serait peut-être opportun d’envisager concrètement l’adoption en cours de traitement de procréation médicalement assistée, alors que cette démarche n’est généralement considérée qu’après un échec perçu comme définitif.

[Source : Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica]


publié le : 16/02/2013 , mis à jour le 15/02/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci