ad

L’épilation intégrale annonce-t-elle la fin des morpions ?

Dernière mise à jour: mars 2013 | 9878 visites
123-p-vr-benen-strand-zon-170-3.jpg

news La pratique de plus en plus fréquente de l’épilation du pubis sonne-t-elle l’hallali du morpion ?

En tout cas, et même s’il est difficile de démontrer formellement le lien de cause à effet direct, les cas d’infestation paraissent en net déclin. Un article publié par le site Bloomberg condense une série de recherches très sérieuses conduites sur le sujet ces dernières années.

Prenons ces travaux australiens (Centre de santé sexuelle de Sydney) qui montrent qu’en 2003, les morpions s’inscrivaient en tête de liste, dans ce pays, des infections transmises par contact sexuel. Depuis, le nombre de cas a diminué de près de 80%, alors que dans le même temps, l’épilation de la région pubienne (intégrale ou de type brésilienne) gagnait considérablement en popularité.

De fait, si l’habitat naturel de ce pou (Pthirus pubis) disparaît, si la femelle n’est plus en mesure de poser les lentes à la base des poils, l’espèce n’a que peu de chances de survivre. Mais bon : de là à recommander l’épilation à titre préventif, il y a de la marge, sachant par ailleurs que les poils présenteraient une utilité biologique (barrière contre certaines infections, rôle dans la transpiration, système d'alarme…). Enfin, estimer avec précision la population de morpions actifs et évaluer son déclin relève d’une tâche particulièrement délicate.

Voir aussi l'article : Pourquoi avons-nous encore des poils ?


publié le : 08/03/2013 , mis à jour le 07/03/2013
ad
pub