Grossesse : gérer son stress, c’est vital

Dernière mise à jour: juin 2013 | 3643 visites
zw-slapen-wit-psych-170_560_04.jpg

news La multiplication d’événements stressants chez la femme enceinte expose à des risques importants de mortinatalité.

La mortinatalité (ou mortinaissance) concerne les enfants nés sans vie après six mois de grossesse. Les causes peuvent relever d’un problème d’ordre obstétrical, infectieux ou lié à des malformations fœtales. Mais il peut aussi être associé aux épisodes de stress vécus par la mère, comme le montre cette étude réalisée à l’initiative des instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health).

En consultation prénatale


Une équipe a interrogé deux mille femmes, prises en charge dans une soixantaine d’hôpitaux et dont la grossesse avait abouti à une naissance vivante ou à une mortinaissance. Après neutralisation d’une série de facteurs (âge de la maman, antécédents de fausse-couche…), le fait d’avoir subi au moins deux événements très stressants durant l’année écoulée – agression commise par le partenaire, décès d’un proche, lourds problèmes financiers, perte d’emploi… - a été identifié comme un élément important du risque de mortinatalité. Et plus ces épisodes se sont multipliés, plus le danger a augmenté.

Ce qu’il est essentiel de retenir, soulignent les auteurs, c’est que lors des consultations prénatales, il est fondamental que le médecin aborde en profondeur le vécu de la femme, afin de lui proposer le cas échéant un soutien et un accompagnement adaptés.

Source: American Journal of Epidemiology (http://aje.oxfordjournals.o)
publié le : 30/06/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci