Ménopause : de la testostérone pour améliorer la mémoire ?

Dernière mise à jour: septembre 2013 | 3433 visites
standaard-hers-170_08.jpg

news Les troubles de la mémoire concernent une proportion importante de femmes ménopausées. La testostérone pourrait intervenir utilement.

C’est surtout la mémoire de travail qui est affectée, c’est-à-dire l'enregistrement et le traitement des informations à court terme. Les bouleversements hormonaux caractéristiques de la ménopause perturbent cette fonction. Les répercussions sont souvent modestes ou modérées, sachant néanmoins que ce phénomène, qui n’est déjà pas agréable en soi, peut participer au développement d’une certaine forme d’anxiété.

Une équipe australienne (université Monash) a voulu tester l’efficacité de la testostérone dans cette indication. Cette hormone, classiquement baptisée « l’hormone mâle », est aussi produite naturellement par la femme (en quantités bien moindres que chez l’homme) et joue un rôle dans le désir sexuel ou l’humeur.

Un gel sur le bras pendant six mois


Un groupe d’une centaine de dames ménopausées a été constitué : durant six mois, la moitié ont appliqué chaque jour un gel à base de testostérone sur le haut du bras, alors que les autres ont reçu un gel placebo (sans substance active). Des tests cognitifs (raisonnement, apprentissage, mémorisation…) sont intervenus à l’entame, après trois mois et à la fin.

Alors que les scores étaient similaires au départ, le résultat montre que les participantes du « groupe testostérone » ont enregistré une amélioration significative de leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation. Des études sur une plus large échelle sont nécessaires pour vérifier ces observations, et le cas échéant envisager l’approbation de l’utilisation de la testostérone dans ce contexte.

Source: Congrès de l’Endocrine Society (www.endocrine.org) via Santé Log
publié le : 18/09/2013 , mis à jour le 17/09/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci