C'est prouvé : on rougit même dans l’obscurité

Dernière mise à jour: août 2015 | 3269 visites
123-blozen-psy-170-11.jpg

news Après des siècles d’incertitude scientifique, le mystère est éclairci : on rougit aussi dans le noir.

Même Charles Darwin s’était interrogé dans son ouvrage « L’expression des émotions chez l’homme et les animaux » et se rangeait d’ailleurs du côté de ces dames « qui rougissent facilement et croient qu’elles ont rougi dans l’obscurité. Je n’ai aucun doute que cette affirmation est correcte ». Mais il ne l’a pas démontrée, contrairement à cette équipe de l’université d’Erfurt (Allemagne).

Question centrale : rougit-on à cause du « regard de l’autre » ou ce processus en est-il indépendant ? Pour mener à bien leur expérience, les chercheurs ont eu recours à une caméra thermique, afin de détecter les variations de chaleur sur le visage d’une jeune femme de 31 ans, rougissant assez facilement. La dame a été plongée dans le noir complet, sachant qu’on lui a accordé quelques minutes pour s’acclimater à la température de la pièce. Ensuite, il lui a été demandé de raconter une histoire embarrassante, alors que ses réactions faciales étaient filmées.

Résultat : un réchauffement sur certaines zones du visage, localisations privilégiées du rougissement. La démonstration était faite. Bon : cela ne va pas révolutionner la science et les chercheurs n’en avaient d’ailleurs pas la prétention. L’intention relevait plus du clin d’œil (ils ont publié leurs résultats dans une revue consacrée aux « recherches improbables »). Ceci étant, on ajoutera que le rougissement n’est pas facile à vivre pour les personnes qui y sont particulièrement sensibles et que ses mécanismes psychologiques et physiologiques sont loin d’avoir été élucidés.

Voir aussi l'article : Comment faire pour ne plus rougir ?

Source: Annals of Improbable Research (www.improbable.com) via Maxi Sciences
publié le : 21/11/2013 , mis à jour le 06/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci