Contrôler son poids : les tâches domestiques ne suffisent pas

Dernière mise à jour: août 2015 | 4904 visites
123-thuis-stofzuiger-170-12.jpg

news La dépense énergétique liée aux tâches quotidiennes ne peut pas remplacer la pratique d’une activité physique régulière.

Une demi-heure d’exercices modérés à vigoureux, cinq fois par semaine : c’est la recommandation classique – et basique - pour contribuer au maintien d’un bon état de santé général, et en particulier sur le plan musculaire, osseux et cardiovasculaire. Sachant aussi que cela se traduit, selon l’intensité de l’effort, par une dépense calorique hebdomadaire tournant autour des 1.500 à 2.000 kcal.

La question soulevée par cette équipe de l’université d’Ulster consistait à déterminer l'influence des activités domestiques – jardinage, bricolage, ménage, courses… - sur l’indice de masse corporelle (IMC). Parenthèse : ce qui suit n’enlève évidemment rien à l’importance d’un mode de vie actif. Environ cinq mille adultes ont été interrogés sur la place de l’activité physique domestique dans le total de l’activité physique hebdomadaire. Les données ont été croisées avec le calcul de l’IMC.

Que disent les résultats ?

• Quatre personnes sur dix (43%) déclarent atteindre ou dépasser les niveaux recommandés d’activité physique.
• L’activité domestique représente en moyenne un tiers de l’activité totale, et bien davantage chez les femmes et chez les personnes âgées.
• Après prise en considération du point qui précède, il s’avère qu’une personne sur quatre (20% chez les femmes) atteint effectivement le niveau d’activité physique - au sens sportif - conseillé.
Plus la part de l’activité domestique est élevée, plus l’IMC augmente.

En d’autres termes, bouger au quotidien, c’est bien et c'est même nécessaire, mais pas suffisant pour bénéficier des avantages associés aux niveaux d’activité physique recommandés.

Source: BMC Public Health (www.biomedcentral.com/bmcpu) via Santé Log
publié le : 02/01/2014 , mis à jour le 06/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci