Cancer du côlon : l'importance des bactéries intestinales

Dernière mise à jour: mars 2014 | 10880 visites
tek-anatom-darmen-170_400_04.jpg

news Les patients souffrant d’un cancer colorectal présentent une flore intestinale particulière. Cette observation pourrait dégager des pistes de prévention de la maladie.

De précédentes études avaient suggéré cette association entre le microbiote intestinal (les micro-organismes, dont les bactéries, qui y sont présents) et le cancer du côlon. Il s’agissait cependant d’isoler cet élément par rapport aux facteurs génétiques et ceux liés au mode de vie (alimentation, activité physique), même si ces facteurs sont forcément imbriqués. C’est à cela que s’est attelée cette équipe de l’université de New York.

En analysant des échantillons fécaux, elle a comparé la composition et les particularités génétiques du microbiote intestinal de patients atteints d’un cancer colorectal avec celui de personnes non malades. Des éléments comme l’âge, le sexe, l’indice de masse corporelle (IMC) ou le tabagisme ont été neutralisés, afin de cerner au plus près l’influence de la flore intestinale.

Les chercheurs observent d’abord une diversité bactérienne réduite en cas de cancer du côlon, alors que certaines bactéries se caractérisent par leur surabondance et d’autres par leur rareté. En raison de la nature de ces différentes familles de bactéries (qui interviennent positivement ou négativement dans le processus inflammatoire), les auteurs expliquent que ces singularités ne sont pas une conséquence du cancer, mais qu’elles augmentent le risque d’en souffrir. A partir de là, ajoutent-ils, « ces résultats pourraient avoir des implications pratiques immédiates pour la prévention du cancer colorectal, par le rééquilibrage du microbiote intestinal ». Les probiotiques peuvent agir très favorablement à cet égard.

Source: Journal of the National Cancer Institute (http://jnci.oxfordjournals.)
publié le : 07/03/2014 , mis à jour le 06/03/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci