Mal de tête : quand faut-il s'inquiéter ?

Dernière mise à jour: juin 2014 | 171235 visites
123-man-hoofdpijn-stress-psych-170-04.jpg

news Même s'ils peuvent être très invalidants, les maux de tête sont rarement graves. Toutefois, les céphalées peuvent être le symptôme d'un trouble de santé beaucoup plus sérieux.

Il est important de connaître ces signes qui doivent inciter à consulter un médecin : dans la plupart des cas, le diagnostic sera rassurant, mais dans d'autres, le signal d'alarme aura joué son rôle.

• Violents maux de tête chez un enfant de moins de 6 ans : risque d'hydrocéphalie, de tumeur au cerveau.

• Douleur aux tempes chez une personne âgée de plus de 50 ans : risque de tumeur cérébrale ou d'artérite temporale.

• Maux de tête (soudains) durant la grossesse, surtout au troisième trimestre : risque de pré-éclampsie.

• Maux de tête accompagnés d'une baisse soudaine de l'acuité visuelle : risque de tension élevée de l'oeil, de glaucome aigu, d'artérite temporale.

• Maux de tête après une chute et vomissements, étourdissements : risque de commotion cérébrale ou de traumatisme crânien.

• Les céphalées apparaissent ou s'intensifient plusieurs jours voire plusieurs semaines après un accident : risque d'hématome cérébral.

• Maux de tête aigus et douleurs ou raideur de la nuque : risque de méningite.

vr-hoofdpijn-170-400_04.jpg
• Maux de tête et troubles de la mémoire, absences, vision double ou floue, troubles de la déglutition : risque de tumeur cérébrale.

• Maux de tête et nausées ou vomissements matinaux (sans lien avec les céphalées) : risque de tumeur cérébrale ou d'infarctus cérébral.

• Maux de tête et troubles de la personnalité, difficultés scolaires ou professionnelles inexpliquées : risque de tumeur au cerveau.

• Maux de tête et paralysie du bras, difficultés d'élocution, perte de l'acuité visuelle : risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).

• Les maux de tête s'intensifient progressivement, parfois sur plusieurs semaines : risque de tumeur cérébrale.

• Fortes céphalées chez des patients qui présentent des antécédents de cancer ou qui sont immunodéprimés : risque de tumeur cérébrale.

• Maux de tête avec nausées, perte de connaissance, vertiges, sensation générale de malaise : risque d'intoxication au monoxyde de carbone.


publié le : 12/06/2014 , mis à jour le 11/06/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci