ad

Comment se protéger contre la turista

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 4044 visites
buikpijn-gr-170_400_03.jpg

news La turista pourrait sérieusement gâcher vos vacances. Voici quelques mesures de précaution pour limiter les risques de souffrir de la diarrhée du voyageur.

Cette maladie infectieuse peut être contractée quelles que soient les conditions de séjour. Autrement dit, le fait de résider dans un hôtel de standing n'est pas une garantie. La turista est causée par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par des bactéries. Des facteurs fragilisant l'organisme préparent en quelque sorte le terrain : stress du voyage, fatigue, chaleur, décalage horaire, changements de rythme, modification des habitudes alimentaires...

Les conseils pratiques


Ils seront adaptés en fonction de la destination, plus ou moins à risque.

Lavez-vous soigneusement les mains à l'eau et au savon plusieurs fois par jour, et systématiquement (ce qui ne vaut pas que pour les vacances d'ailleurs...) après avoir été aux toilettes et avant de manger ou de préparer les repas. Si possible, utilisez des lingettes désinfectantes.

• Ne buvez pas d'eau du robinet et pour les bouteilles ouvertes, assurez-vous qu'elles soient décapsulées en votre présence.

• Méfiance avec les glaçons, les glaces et les sorbets.

• Faire très attention à ne pas avaler d'eau de la piscine.

Les fruits et les légumes crus présentent des risques. Epluchez-les toujours. Prudence aussi avec les crudités et les salades.

• Les oeufs et les fruits de mer présentés sur les buffets sont certainement très appétissants, mais ils pourraient tout aussi bien vous causer de sérieux soucis.

• Utilisez de l'eau en bouteille pour vous brosser les dents ou faites dissoudre des comprimés (disponibles en pharmacie) pour désinfecter l'eau.

• Méfiez-vous des viandes et des poissons crus ou peu cuits (carpaccio, mi-cuits de poisson, viande saignante).

Source: B. Simon
publié le : 13/07/2014 , mis à jour le 23/11/2016
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci