Que faut-il savoir sur les médicaments génériques ?

Dernière mise à jour: mars 2015 | 2648 visites
vergrootgl-geneesm-pil-170-03.jpg

news Moins chers que les originaux, les médicaments génériques sont-ils aussi efficaces ? Pourquoi cette différence de prix ? Qu'en est-il des effets secondaires ?

Lorsqu'un laboratoire pharmaceutique développe un médicament, il en détient l'exclusivité de la vente durant une période donnée. Lorsque le brevet a expiré, le médicament original peut être copié par d'autres fabricants, qui mettent alors sur le marché un médicament qualifié de générique.

Le médicament générique est meilleur marché que l'original. Il doit répondre à des conditions très strictes de mise sur le marché, qui garantissent son efficacité et sa sécurité. La différence de prix est liée au fait que le laboratoire qui commercialise le générique ne doit pas amortir les investissements qui avaient été nécessaires au développement du médicament original.

Si le mode d'action est le même, il est possible que certains patients ressentent une différence lorsqu'un générique est substitué à leur spécialité habituelle. Un effet psychologique peut entrer en ligne de compte, tout comme la nécessité d'un temps d'adaptation. Le médecin traitant interviendra en conséquence : il peut décider, a priori, de ne pas prescrire le générique, ou, a posteriori, de revenir à la spécialité.

Lorsque la prescription mentionne la marque d'un médicament (original ou générique), le pharmacien est tenu de délivrer ce médicament-là. Il existe deux exceptions : les antibiotiques et les antifongiques. Dans ces deux cas, et peu importe la marque indiquée sur la prescription, le pharmacien doit délivrer le produit le moins cher (avec le même principe actif que celui prescrit par le médecin, bien entendu).

Si la prescription mentionne la dénomination commune internationale (DCI) du principe actif, le pharmacien devra délivrer le médicament le moins cher.


publié le : 18/03/2015 , mis à jour le 17/03/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci