Ressentons-nous la musique comme les Pygmées ?

Dernière mise à jour: mars 2015 | 3390 visites
123-p-afrika-muziek-feest-170-3.jpg

news La musique touche-t-elle d’une manière similaire un auditeur pygmée et un occidental ? La réaction est-elle plutôt universelle ou davantage déterminée par la culture ?
C’est à ces questions qu’ont entrepris de répondre des chercheurs canadiens (université McGill).

Pour cela, ils ont fait écouter une vingtaine d’extraits musicaux (occidentaux ou pygmées) à un groupe de Pygmées Mbenzélé (Congo) et à des habitants de Montréal. Précision : ces Pygmées vivent dans la forêt tropicale, sans radio ni télévision.

Les morceaux occidentaux ont été choisis pour évoquer une vaste gamme d’émotions : du calme à la fébrilité, de la joie à l’anxiété ou à la tristesse… Ils comprenaient des pièces orchestrales et trois extraits de bandes sons de films (Psychose, La guerre des étoiles et La liste de Schindler).
Les morceaux pygmées étaient des chansons polyphoniques plutôt rythmées, généralement exécutées lors de cérémonies pour apaiser une personne en colère ou en deuil, réconforter un enfant en pleurs ou porter chance aux chasseurs à leur départ du village.

Une relation harmonieuse avec la forêt


Pour déterminer les émotions, les chercheurs ont utilisé des émoticônes, allant d’un visage souriant à une mine boudeuse. Les participants devaient également indiquer si la musique les apaisait (visage aux yeux fermés) ou si elle les excitait (yeux ouverts). Pendant l’écoute, une série de paramètres ont été enregistrés afin d’évaluer les réactions physiologiques (rythme cardiaque et respiratoire, transpiration des mains…).

Que constate-t-on ? « Les auditeurs des deux groupes réagissent de façon similaire à l’effet stimulant ou apaisant de la musique », explique l’un des spécialistes. « Cela s’explique probablement par certains éléments fondamentaux de la musique, comme le tempo, le registre (aigu ou grave) et le timbre ». La principale différence porte sur le fait que les Canadiens ont affirmé ressentir une plus grande gamme d’émotions en écoutant la musique occidentale que les Pygmées n’en ont ressenti à l’écoute des morceaux tant occidentaux que pygmées. Cela découle probablement des divers rôles que joue la musique dans chaque culture.

« Les Pygmées considèrent que les émotions négatives perturbent la relation harmonieuse qu’ils doivent entretenir avec la forêt et qu’elles sont donc dangereuses. Si un bébé pleure, les Mbenzélé chantent une chanson que les occidentaux pourraient qualifier de joyeuse. Si les hommes ont peur de partir à la chasse, il en est de même. En général, dans cette culture, la musique sert à évacuer les émotions négatives. Il n’est donc pas étonnant que les Mbenzélé se sentent bien ou évaluent positivement la production de toute musique, quelle qu’elle soit ». Enfin, « on essaie depuis longtemps de déterminer si notre réaction à la musique est fondée sur notre culture ou sur des éléments universels de la musique elle-même. En fait, il s’agit un peu des deux ».

Ecoutez cet extrait de chant traditionnel de Pygmées Mbenzélé

Source: Frontiers in Psychology (www.frontiersin.org/Psychol)
publié le : 21/04/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci