Consommation d’alcool : comment évolue-t-elle pendant la vie ?

Dernière mise à jour: mai 2015 | 4477 visites
123-p-m-alcohol-drinken-beer-170-3.jpg

news A chaque période de l’existence correspondent des habitudes différentes de consommation de boissons alcoolisées.

L’évolution est dynamique, expliquent ces chercheurs britanniques (University College London). Ils ont synthétisé les résultats d’une dizaine d’études réalisées sur le sujet au Royaume-Uni et ailleurs en Europe, et regroupant au total quelque 60.000 personnes âgées de 15 ans et davantage (jusqu’à plus de 90 ans). La consommation d’alcool a été classée en quatre catégories : jamais, exceptionnellement à parfois (maximum une fois par mois), de temps en temps (entre une fois par semaine et une fois par mois) et souvent (plusieurs fois par semaine à tous les jours).

Que constate-t-on ? De manière générale – il s’agit de grandes tendances sur une large population ! -, la consommation augmente de manière importante pendant l’adolescence et chez le jeune adulte, pour atteindre un pic vers l’âge de 25 ans. Ceci est vrai autant chez les hommes que chez les femmes, mais avec une différence importante : les quantités, bien plus élevées chez les premiers. Ensuite, elles diminuent et se stabilisent (« plateau ») chez l’adulte d’âge moyen, sachant cependant que la consommation quotidienne ou plusieurs fois par semaine devient plus habituelle, en particulier chez les hommes (à un âge plus jeune, on note plutôt un phénomène de forte consommation concentrée en fin de semaine). Enfin, une baisse significative survient au-delà de 60 ans.

Il faut bien noter que consommation fréquente d’alcool ne signifie pas forcément abus d’alcool : boire un verre de vin tous les jours n’est pas problématique. Ceci étant, la situation peut évidemment se compliquer, et plus vite qu’on ne l’imagine parfois. « Une meilleure compréhension de la manière dont ces habitudes changent au fil de l’existence peut contribuer à développer des stratégies d’intervention plus pertinentes », concluent les chercheurs.

Source: BMC Medicine (www.biomedcentral.com/bmcme)
publié le : 20/05/2015 , mis à jour le 19/05/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci