Vous trichez ? Voici votre très bonne excuse !

Dernière mise à jour: octobre 2015 | 5137 visites
123-liegen-leugen-10-5.jpg

news Difficile de vous retenir de tricher ? C’est plus fort que vous ? La science vous fournit une excellente excuse : les hormones.

Deux hormones – la testostérone et le cortisol – exerceraient une forte influence sur la propension à tricher. D’autres éléments entrent sans doute en jeu, mais ce paramètre hormonal tient une place significative. C’est en tout cas ce qu’affirme cette équipe américaine (université du Texas), qui a vérifié sa théorie en procédant à des tests avec des volontaires adultes.

Le principe a consisté à leur soumettre des problèmes mathématiques : à la fin de la séance, les bonnes réponses ont été communiquées aux participants, qui devaient eux-mêmes procéder à la correction et à la notation. Les meilleurs recevaient une somme d’argent. Avant et après, les taux de testostérone et de cortisol ont été évalués sur des échantillons de salive.

Que constate-t-on ? En fait, que les tricheurs ont tendance à présenter des concentrations hormonales plus élevées. Ceci est constant pour la testostérone : cela expliquerait le sentiment de récompense (satisfaction) associé à la tricherie et une crainte plus faible de la sanction. Pour le cortisol, surnommé « l’hormone du stress », les taux sont plus élevés avant les tests, mais baissent après la tricherie, comme si celle-ci avait eu un effet d’apaisement, de soulagement, d’évacuation de la tension. Ce double phénomène permettrait donc de mieux comprendre cette envie irrépressible de tricher, qui ne vise pas tant à pénaliser les autres qu’à se faire du bien…

Source: Journal of Experimental Psychology : General (www.apa.org/pubs/journals/x)
publié le : 16/10/2015 , mis à jour le 15/10/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci