La tristesse change notre vision des couleurs

Dernière mise à jour: octobre 2015 | 4195 visites
123-vr-ouder-psych-regen-depr-170_10.jpg

news Quand un sentiment de tristesse nous envahit, nous ne percevons plus les couleurs de la même manière, et en particulier celles qui se situent dans le spectre du bleu et du jaune.

Pourquoi ces deux couleurs ? A ce stade, les chercheurs de l’université de Rochester (New York) ne se l’expliquent pas. C’est donc une constatation qu’ils ont posée au terme d’expériences reposant sur la manipulation des émotions. Des volontaires ont visionné trois courts-métrages, l’un visant à susciter la tristesse, un autre l’amusement, et le dernier des sentiments neutres. Ensuite, leur perception des couleurs a été évaluée en leur demandant de les distinguer sur des dessins aux tons désaturés, quasiment gris.

Résultat ? La tristesse, contrairement à la joie ou à la neutralité, agit clairement sur la distinction du jaune et du bleu (les erreurs d’identification sont plus nombreuses), mais n’a pas d’influence dans le spectre du rouge ou du vert. En d’autres termes, les émotions négatives altèrent en partie la perception de notre environnement.

D’autres études ont abouti à des observations similaires, notamment après avoir réalisé des tests sur des personnes dépressives, qui ont tendance à moins bien distinguer les contrastes entre les couleurs. Les passerelles entre les couleurs et les traits psychologiques, et leurs influences mutuelles, paraissent assez évidentes, et sans doute cela est-il lié à des subtils changements de l’activité de certains neurotransmetteurs (comme la dopamine).

Voir aussi l'article : Comment les couleurs influencent notre humeur

Source: Psychological Science (http://pss.sagepub.com)
publié le : 30/10/2015 , mis à jour le 29/10/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci