Le houblon pour mieux dormir

Dernière mise à jour: mars 2016 | 10253 visites
123-planten-hop-2-8.jpg

news Le houblon est plus connu pour la fabrication de la bière que pour ses vertus favorisant l'endormissement. Et pourtant, il est vraiment très efficace pour traiter les troubles du sommeil. Comment l'utiliser dans ce contexte ?

Dans la lutte contre l’insomnie, le houblon serait en passe de détrôner la valériane et la passiflore. Son atout ? Il possède des agents sédatifs qui réduisent le temps d’endormissement et permettent de plonger plus facilement dans un sommeil réparateur.

Exploité en Europe depuis le 7ème siècle, le houblon fut d’abord apprécié en tant qu’arôme, avant qu’on lui prête des propriétés médicinales. De son nom botanique Humulus lupullus, cette plante de la famille des Cannabacées fut utilisée comme sédatif avant de gagner la réputation de traiter efficacement l'anxiété et l'insomnie. Une commission gouvernementale allemande a d’ailleurs approuvé l'usage des strobiles de houblon (les fruits en forme de cônes) pour combattre l'anxiété et les troubles du sommeil.

Il existe plusieurs moyens d'exploiter ces propriétés du houblon.

• Les fleurs séchées peuvent être utilisées en infusion. L’infusion est obtenue en trempant 10 g de cônes de houblon sec dans 500 ml d'eau très chaude. Elle est à boire matin, midi et soir, après les repas.

L'extrait sec en gélules est à avaler avec un verre d'eau au moment des repas, trois fois par jour, à raison de 200 mg par prise.

La poudre sèche de houblon se prend aussi matin, midi et soir au cours des repas, avec un verre d’eau, à raison de 1 g par prise.

Le houblon étant un peu poivré, on peut l’adoucir avec une ou deux cuillerées de fleur d’oranger.

Quelles précautions ?

• Le houblon pourrait interagir avec certains médicaments comme les tranquillisants et les anxiolytiques (benzodiazépines), certains antidépresseurs et les antihistaminiques H1 de seconde génération.

• En raison de sa teneur en oestrogènes, le houblon est déconseillé aux femmes enceintes et à celles qui allaitent.

Source: Barbara Simon
publié le : 25/03/2016 , mis à jour le 24/03/2016
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci