Chenilles processionnaires : quels risques et que faire en urgence ?

Dernière mise à jour: mai 2019 | 13166 visites
eikenprocrups--170_400_05.jpg

news Les poils des chenilles processionnaires du chêne peuvent causer des problèmes parfois très graves. Ils pénètrent facilement dans la peau, les yeux et les voies respiratoires. La réaction peut varier d’une personne à l’autre. Un contact fréquent ou prolongé (par exemple via les vêtements) peut aggraver les symptômes.

Un contact avec la peau peut provoquer en quelques heures une éruption cutanée et des démangeaisons intenses. Les poils se propagent facilement par la sueur, en se grattant ou à travers les vêtements. Les réactions qu’ils produisent peuvent durer quelques semaines mais disparaissent d’elles-mêmes la plupart du temps.

Un contact avec les yeux peut causer une inflammation sévère (conjonctivite) avec des rougeurs et des écoulements de larmes. Si les poils pénètrent plus profondément dans le tissu oculaire, ils peuvent provoquer une inflammation sévère qui peut aller, dans de rares cas, jusqu’à la cécité.

L’inhalation des poils peut provoquer une irritation ou une inflammation des voies respiratoires : éternuements, mal de gorge, dysphagie (difficulté à avaler) et essoufflement. Les personnes asthmatiques y seront plus sensibles que les autres.

En cas d’ingestion, il peut se produire une inflammation de la muqueuse buccale et de l’appareil digestif, avec des symptômes comme de la salivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

• Dans de rares cas, on note des étourdissements, de la fièvre et un malaise général.

• S’exposer souvent aux chenilles processionnaires du chêne intensifie les symptômes, qui peuvent s’aggraver à chaque reprise de contact. On parle alors de pseudo-allergie. Dans les cas graves, la vie peut être mise en danger par un choc anaphylactique.

Comment réagir ?

Les symptômes disparaissent généralement d’eux-mêmes en quelques jours à quelques semaines. S’ils sont graves, il est préférable de consulter votre médecin. Si vous avez un malaise, des vertiges, des vomissements, faites directement appel à un service d’urgence.

• Il est important d’éviter que les poils urticants se propagent sur le corps en vous grattant ou en frottant. Utilisez du ruban adhésif pour les enlever et lavez votre peau à l’eau tiède.

• Brossez-vous convenablement les cheveux.

• Afin d’éviter une exposition répétée ou prolongée, éliminez les poils de vos vêtements. Pour cela, lavez-les avec soin (de préférence à 60 °C).

La peau. En cas de démangeaisons sévères, utilisez une crème spéciale à base de menthol, d’aloe vera ou de calendula. Si les éruptions sont très graves, le médecin peut prescrire un baume à base de corticoïdes ou des comprimés antihistaminiques.

Les yeux. En cas d’irritation des yeux, vous pouvez essayer de les rincer délicatement à l’eau tiède. En cas de symptômes persistants ou aggravés, consultez votre médecin ou un ophtalmologue. Les poils qui ont pénétré profondément le tissu oculaire doivent être enlevés chirurgicalement.

Les problèmes respiratoires. En cas de symptômes sévères, votre médecin peut vous prescrire un antihistaminique et/ou des corticoïdes.

L’ingestion. Boire un grand verre d’eau peut suffire à éliminer les symptômes. Vous pouvez enlever les poils de la bouche en grattant délicatement avec une spatule ou avec des bandes adhésives. Consultez votre médecin en cas d’échec. Si les poils ont pénétré profondément la muqueuse buccale, le pharynx ou l’oesophage, un traitement peut s’avérer nécessaire.


publié le : 29/04/2019 , mis à jour le 07/05/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci